English Website



Toutes les Analyses


L' impressionnisme.


Edgar Degas. L’Absinthe. (1876). Impressionnisme.







Laisser un commentaire ou un avis.  



Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     Qui sommes nous ?   
 Liens 

Edgar Degas. L’Absinthe. (1876). Musée d’Orsay. Paris. 92 x 68 cm. Impressionnisme.

Edgar Degas, à partir de 1867 a surtout peint des danseuses et des ballerines. Mais son œuvre est aussi constituée de portraits et de scènes de genre. Dans celles-ci il cherche à représenter la solitude et l’isolement des personnes dans la société et la vie moderne. A ce titre l’Absinthe est une totale réussite. Cette plante aux fleurs jaunes très amères et au parfum puissant est utilisée avec le fenouil et l’anis dans une liqueur surnommée « la Fée Verte » couramment consommée au 19ème siècle. Mais l’un des composants de l’absinthe, le thuyol est aussi très toxique pour le système nerveux, il provoque, entre autre, des crises d’épilepsie. Rendue responsable de nombreux drames la fabrication de l’absinthe est interdite en France depuis mars 1915. Degas utilise la composition de la toile, le regard des personnages et l’expression des visages pour bien marquer leur isolement et leur solitude. 


Le point de vue du spectateur est situé en hauteur le regard est tout de suite attiré par les visages. 

La jeune femme se trouve sur les 3 lignes de force supérieures entre 2 points naturels d’intérêt. 

Espaces vides et espaces pleins sont parfaitement délimités. 

La grande diagonale descendante de gauche à droite isole totalement les 2 personnages du reste de l’espace pictural. Cette diagonale induit l’idée de chute et de déchéance. 

Détails : 

Cette femme est totalement absente et pensive. Son regard ne croise pas celui de son compagnon et ne regarde pas dans la même direction. 

Ce journal posé là relie les 2 tables au premier plan et contribue à isoler encore davantage les 2 personnes à droite. 

Voici la boisson. On constate que toute l’œuvre possède des couleurs semblables et similaires. Comme si la toile était-elle aussi imbibée d’alcool. 

Lumière : La scène est éclairée de la droite.

Couleurs : Harmonie d’analogie entre couleurs chaudes. 

Toiles Similaires : 

Edgar Degas. Repasseuses. (1865).
Edgar Degas. Modistes. (1865). 
Edgar Degas. Danseuses. (1878).