English Website





Toutes les Analyses


Georges Mathieu. (1921 - 2012). Alkaest. (1967). Abstraction Lyrique.








Laisser un commentaire ou un avis.  


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
 
Qui sommes nous ?   
 Liens 



Georges Mathieu. (1921 - 2012). Alkaest. (1967). Abstraction Lyrique.


Georges Mathieu fait des études de droit, de lettres et de philosophie. 
Vers 1942 il exerce un peu dans l’enseignement puis décide de peindre. 
Dés 1944 Il utilise les couleurs à partir du tube et les écrase sur la toile avec les doigts. En 1950, il expose aux États-Unis et au Japon.
En 1956 au théâtre Sarah-Bernhardt à Paris, devant 2 000 spectateurs, il exécute une toile de 12 mètres sur 4 en utilisant 800 tubes de peinture. L’ Abstraction Lyrique 
consiste à s’efforcer d’émouvoir et de traduire le monde en exprimant son émotion. 
Pour celui que Malraux avait surnommé « le calligraphe occidental », le signe accompagne l’émotion et précède les mots et la pensée. Son style est vif, aérien rapide, fluide, et même si son art est instinctif ses multiples arabesques ne sont jamais dépourvues de valeurs esthétiques. Les signes tracés rappellent la calligraphie chinoise et japonaise et les toiles ont souvent des noms de batailles ou de moments historiques. Très cultivé, l’artiste veut exprimer ainsi la violence de ses émotions en réactions à un cubisme qu’il trouve froid et sans âme véritable. 
L’ Alkaest est une hypothétique substance alchimique qui aurait la propriété de dissoudre toute matière. C’est en cherchant l’ Alkaest que les alchimistes 
trouvèrent plusieurs corps nouveaux…

Une ou plusieurs grandes horizontales servent de bases et les formes ou les signes s’élancent sur celles-ci. 

L’œuvre est parfaitement cadrée en fonction des lignes de forces et des points naturels d’intérêt. 

Les surfaces peintes occupent à peu près les 2 tiers de l’espace pictural. 

Bateaux naviguant, habitations flottantes dans et l’air ou sur l’eau, îles qui dérivent ou véhicules aériens quelles que soient les 3 formes que l’on distingue, elles semblent surgir de la droite de la toile. 

Détails : Les linguistes s’accordent à dire aujourd’hui qu’au début de l’humanité il a existé une langue commune. Les mots mamans : Ma et papa : Pa, en sont un bon exemple. Dans pratiquement toutes les langues indo-européennes ces mots ont la même racine. 

Lumière : la lumière provient des zones blanches qui donnent son mouvement à la toile. Elles écartent l’œil du centre pour le diriger vers le haut ou le bas. 

Toiles similaires : 

Georges Mathieu. Les Capétiens Partout. La Bataille de Bouvines. 1954

Georges Mathieu. L’abduction d’Henri IV par l’Archevêque Anno de Cologne. (1958). 

Georges Mathieu. Jacques de Mailly au Siège d’Ascalon (1958)