English Website



Des Notables au dessus de tout soupçons... 

Procédure Abusive et Escroquerie via officiers ministériels.

 La Contrefaçon comme fond de commerce.

Déni de Justice, Déni de Démocratie !

Les Voleurs du Net !

L'infamie Biographie-Peintre-Analyse.com

Employeur indigne = salarié en danger !

Planetfemmes.com : Le Spameur Bombé ! Ou la Quiche Farcie !


 Anatomie d’un Anévrisme. 





Envoyer cette page à un(e) ami(e) 




http://www.visualiserlacorruption.fr/acts/c52b0a6a



Laisser un commentaire ou un avis.  

Anatomie d’un Anévrisme. 

Un anévrisme est une dilatation ou une distension anormale de la paroi d'un vaisseau, ici de l’aorte abdominale, créant une cavité ou une hernie remplie de sang, en continuité avec ce vaisseau.
Les anévrismes sont dus à des anomalies modifiant la structure de la paroi artérielle. L'observation des tissus au niveau d'un anévrisme artériel met en évidence une anomalie de constitution de la zone élastique de la paroi interne. Sur cette paroi fragilisée, les chocs dus à la pression sanguine entraînent la formation d’une hernie (distension du vaisseau). 
Le risque majeur des anévrismes est une rupture due à l’amincissement et à la destruction de la paroi artérielle à partir de laquelle ils se forment. Une telle rupture provoque une hémorragie interne (de gravité variable en fonction de la localisation de l’anévrisme). L’anévrisme disséquant de l'aorte correspond à une rupture de la paroi interne de cette dernière, entraînant une fissuration latérale favorisant le saignement hors de l'artère. Plus un anévrisme est de grande taille, plus le risque de rupture est important.

Anomalie : 
Le diamètre normal de l'aorte abdominale est de 20 à 25 millimètres chez l'homme, un anévrisme se traduit par un diamètre supérieur à 30 mm. Ici le diamètre est de 63,1 mm. Au-delà de 50 mm, les risques de rupture sont réels et cet accident est souvent dramatique. Sur 100 personnes victimes d'une rupture de l'anévrisme de l'aorte abdominale, 25 vont décéder avant même d'arriver à l'hôpital, 50 avant d'atteindre le bloc opératoire et 13 en postopératoire. Seulement 12 vont donc survivre à l'événement.

Echo Dopper : 

Une Ecographie bidimensionnelle est réalisée le 19 août 2013 à 17h 30 par le cardiologue. Elle révèle : Un Anévrisme de l’aorte abdominale en partie thrombosé (bouché), la présence de liquide à coté de l’aorte qui laisse à supposer qu’il y a eu des fuites donc que l’anévrisme est prêt à se rompre. A 18 h30 le patient se trouve au centre hospitalier de Saintonge pour un Scanner qui va donner le cliché étudié ici. Retour au cardiologue à 19h00 après le scanner et RDV est pris pour le 26 août 2013 à Bordeaux pour une échographie sous Dobutamine qui sa servir de bilan pré-opératoire. 

Réparation : 

Une Intervention chirurgicale d’urgence est nécessaire. 
La chirurgie n'est pas dénuée de risques (4 à 5 % de mortalité postopératoire). Elle consiste à ouvrir l'aorte, nettoyer la face interne de la paroi, enlever la plaque de cholestérol et un éventuel caillot en formation. Une prothèse est alors mise en place et le chirurgien réimplante toutes les artères annexes sur la prothèse pour assurer l'irrigation des différents organes tels que les reins et les membres inférieurs.
L’intervention est réalisée le 6 septembre 2013 à Bordeaux par le Professeur Deville. 
Évacuation de caillots. Mise en place d’un tube Dacron de 14 mm de diamètre sur l’aorte par un surjet de Prolène. 

Antécédents : 

Le patient a fait un infarctus du myocarde en 1992 suivi d’un triple pontage coronarien. En 2004 sous dilatation coronarienne on lui pose des stents.
Le patient a des antécédents cardiaques depuis 1992. Ils sont connus de tous. 

Causes : 

La première cause des pathologies cardiaques est le stress.
Pour l’hypertension le patient prend un traitement, pour le cholestérol aussi. 
Pour le genre de stress que des gens très mal intentionnés ont fait peser sur le patient il n’y a pas de médicament. Les gens en cause connaissent les antécédents cardiaques du patient, ce qui a été fait est prémédité et le délit est commis en bande organisé. 

Coût : 

- Scanner : 115.59 € minimum . 
- Échographie cardiaque : 95,66 €.
- Examens pré et post opératoires et coût anesthésiste : 2200 €. 
- Prothèse : 3577 € 
- Opération + bloc + anesthésiste et chirurgien : 22 000 €. 
- Hospitalisation 10 jours : 700 € 
Total : Environ 28 690 Euros. Supporté par la collectivité.

Explications : 

Depuis mai 2013 l’ex épouse du patient, Marie Lioux 17120 Semussac, contre qui une plainte est instruite depuis 2012 pour abus de confiance, escroquerie et contrefaçon de logiciel édité demande par huissier interposé (Selarl Fouillet- Kawala 17100 Saintes, successeurs de Michel Bergin), le remboursement de 242 € de frais de son avocat Olivier Aigoin.17100 Saintes. Après avoir tenté de saisir les sommes sur le compte bancaire du patient ils veulent saisir son véhicule pour le vendre 242 €. Une vente est ordonnée pour octobre 2013. Durant 2 mois le patient reçoit des courriers et des menaces téléphoniques de cet huissier. Jusqu’à ce qu’il ressente de violentes pulsations au niveau du ventre. Il consulte son médecin traitant qui le dirige aussitôt au cardiologue puis échographie, scanner, opération… 
Cette procédure abusive est diligentée par vengeance. Dans le seul but de nuire au patient. Si un délit existe il est prémédité et commis avec la complicité d’un officier ministériel. C’est ainsi que l’on passe de 242 à 28 690 €. 

Conséquences : 

Article 313-1 : 
L'escroquerie est le fait, soit par l'usage d'un faux nom ou d'une fausse qualité, 
soit par l'abus d'une qualité vraie, soit par l'emploi de manoeuvres frauduleuses, 
de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d'un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge.


L'escroquerie est punie de 5 ans d'emprisonnement et de 375 000 € d'amende.
Article 313-2 :
Les peines sont portées à 7 ans d'emprisonnement et à 75 0000 € d'amende lorsque l'escroquerie est réalisée :
Par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions ou de sa mission ;
Par une personne qui prend indûment la qualité d'une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée 
d'une mission de service public ;
Par une personne qui fait appel au public en vue de l'émission de titres ou en vue de la collecte de fonds à des fins d'entraide humanitaire ou sociale ;
Au préjudice d'une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de son auteur.
Les peines sont portées à 10 ans d'emprisonnement et à 1 000 000 € d'amende lorsque l'escroquerie est commise en bande organisée.