English Website

 



Toutes les Analyses


Peter Bruegel l'Ancien (1525 - 1569). La Tour de Babel. (1564). 

En ligne le 17.08.2013.








Laisser un commentaire ou un avis.  



Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     Qui sommes nous ?   
 Liens 


Que symbolise la Tour de Babel ? by Minute_de_la_connaissance



Peter Bruegel l'Ancien (1525 - 1569). La Tour de Babel. (1564). 59,9 x 74.6 cm. 17.08.2013.

Peter Bruegel l'Ancien est un peintre flamand de la Renaissance nordique. Il réalise surtout des paysages, des peintures religieuses et des représentations de la vie paysanne. On sait désormais que Peter Bruegel était un homme de savoir, ami d’érudits comme le géographe Abraham Ortelius, érudition encyclopédique dont rend compte la diversité thématique de son œuvre et sa portée universelle. Ses 2 tours de Babel en témoigne. (clic sur la flèche en bas à droite de la toile pour voir la seconde tour de Bruegel). Ses deux fils, Pieter, dit Bruegel le Jeune ou Bruegel d’Enfer, et Jan, dit Bruegel de Velours, sont également devenus des peintres de renom. La tour de Babel selon l'Ancien Testament, Genèse (XI, 1-9), est érigée en Babylonie dans l'objectif d'atteindre les cieux. « Construisons une ville, avec une tour dont le sommet soit dans les cieux ». Cette prétention humaine provoque la colère divine, la destruction de la tour et la création des multiples langues pour brouiller la compréhension entre les hommes. Le récit de la Genèse semble jouer sur les termes hébreux Bābhel ( porte du ciel ) et bālāl ( confusion ). L'histoire de la tour de Babel a probablement été inspirée par la destruction de la célèbre ziggourat d'Etemenanki, édifice de 7 étages restauré au VIIème siècle av. J.-C. par les souverains babyloniens Nabopolassar et Nabuchodonosor II. Avant la destruction de la tour par le créateur, peu après le déluge, les hommes parlaient tous la même langue.
Afin de définitivement les punir, Dieu aurait ensuite dispersé les hommes sur toute la surface de la Terre.

Le point de vue est situé juste au-dessus de la ligne d’horizon. Le regard du spectateur prend immédiatement conscience de la démesure du bâtiment. 

La tour est placée sur le centre géographique de l’œuvre entre les 4 lignes de force et les 4 points naturels d’intérêts. La perspective est centrale, comme souvent à la Renaissance. 

La tour occupe les 2 tiers de l’espace pictural. Entre ciel et terre, la ligne d’horizon étant située au milieu du tableau. 

La forme générale évoque l’architecture du Colisée, Bruegel ayant effectué un voyage à Rome en 1553, plutôt que celle d’une Ziggourat de Mésopotamie. 

En comparant les proportions de la tour à celle des navires on prend conscience que celle-ci est démesurée.

L’édifice n’est pas achevé, on voit les ouvriers s’affairer au sommet. 

Tout autour du bâtiment des centaines de personnes circulent pour travailler à sa construction.

Lumière : la tour est éclairée par la lumière naturelle du soleil provenant de la gauche. 

Couleurs : Le report des couleurs utilisées pour élaborer la toile sur le cercle chromatique indique des contrastes entre couleurs chaudes et froides et entre couleurs complémentaires.
Toiles Similaires : 

Hendrik III Van Cleve : La Tour de Babel.

Jan Brueghel. (1568 - 1625). La Construction de la Tour de Babel.

Hendrick III Van Cleve (1525 - 1589). La Construction de la Tour de Babel.

Lucas Van Valckenborch. La Tour de Babel. (1595).