Jean-Baptiste Chardin. 
Le Dessinateur.

Théodore Géricault : 
Le Radeau de la Méduse.

Camille Corot. 
Matinée à Beauvais. 

Toutes Les Analyses



English Website

La vie et l'oeuvre de Camille Corot.
   







Toutes Les Analyses







Laisser un commentaire ou un avis.  

 

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique
 Contactez-nous    
Qui sommes nous ?  
 Liens 



Camille Corot. Matinée à Beauvais. (1860).

Très doué pour la composition Camille Corot l’est aussi pour la couleur. Il sait rendre une toile vivante, vibrante par la réalité de la lumière et 
la qualité de l’air, presque palpable. Très réalistes les couleurs sont toujours magnifiquement accordées. Ici le dégradé d’une couleur 
légèrement froide, utilisée dans un ton clair, et sa juxtaposition avec des touches de quelques couleurs très chaudes, illumine toute la 
scène. 
Ce même motif et ces mêmes couleurs seront, un peu plus tard, un thème maintes fois répété par les impressionnistes. Berthe Morisot qui a 
été l’élève de Camille Corot entre 1860 et 1863 s’inspire du sujet et des couleurs pour réaliser : Dans Le Parc en 1874 et Dans Les Jardins 
de Maurecourt en 1884. Précurseur du mouvement et formateur des talents, l’impressionnisme a tout de même été bien soutenu… 

La ligne d’horizon est à proximité de la ligne de force inférieure. 

Le groupe d’arbres principal se trouve sur la ligne de force droite.
Les personnages sont à proximité du point naturel d'intérêt inférieur gauche.

La toile baigne dans la lumière. Les zones sombres sont judicieusement réparties de gauche à droite de l’œuvre. 
Comme si elles traversaient l’espace pictural. Ce procédé permet d’animer habilement le tableau sans autre artifice. 

Les lignes horizontales donnent de la profondeur à l’œuvre, les lignes verticales de l’ampleur. 

Ces troncs tourmentés et ces branches sans feuilles ondulant vers le ciel sont chose courante chez cet artiste, sa marque de fabrique en 
quelque sorte. 

A droite la couleur chaude du toit de la maison répond à la couleur encore plus chaude des vêtements du personnage.
Ces couleurs chaudes contrastent fortement avec la dominante froide de la toile.

Au premier plan les personnages sont bien en évidence. Deux toiles de Berthe Morisot, qui a été l’élève de Corot, reprennent le même thème 
dans des couleurs analogues. Dans le Parc. (1874), Dans les Jardins de Maurecourt. (1884).

La lumière provient du haut et de droite, elle se reflète sur les feuilles des arbres qui sont situés sur la gauche. 

Harmonie entre couleurs froides. Contraste avec quelques couleurs chaudes.

Le report des couleurs utilisées pour élaborer la toile sur le cercle chromatique indique un fort contraste entre un océan de couleurs froides 
et quelques couleurs chaudes.