Angelo di Cosimo di Mariano Tori ou Angelo Bronzino

Les Peintres

English Website









Laisser un commentaire ou un avis.  

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique
 Contactez-nous    
Qui sommes nous ?  
 Liens 




Angelo di Cosimo di Mariano Tori ou Angelo Bronzino, le petit bronze (dit également Agnolo Tori). (1502-1563).

Il avait, a-t-il dit lui-même, la peau d'un moricaud. Il est né le 17 novembre 1503 à Monticelli, petit village aux portes de Florence. 
Très jeune, il a été voué à la peinture. Il fait son apprentissage chez Jacopo Pontormo ave lequel il réalise une fresque (Pieta Avec Deux Anges) pour la chartreuse de Galluzo.

A partir de 1533 Il travaille, toujours avec Pontormo à Florence à la décoration de villas et de palais, notamment le palais Médicis. 
En 1539, Florence prépare le mariage du Duc Cosme 1er de Médicis et Eléonore de Tolède. On commande à Bronzino quatre bas-reliefs de bronze, peints en trompe-l'oeil. 
Cette oeuvre est d'une telle virtuosité que les époux sont immédiatement séduits et ils nomment Bronzino peintre officiel de la dynastie des Médicis. 
En 1540 il devient peintre de la cour de Cosime 1er.

Il réalise les fresques de la chapelle d’Eléonore de Tolède au palais Vecchio dans un style maniériste très personnel.
La couleur est utilisée pour sa valeur propre ce qui intensifie l’expression plastique.
Les œuvres allégoriques qu’il réalise (Pygmalion et Galathée. 1529), sont de la facture maniériste appréciée par la cour.
Les visages déformés et les couleurs froides traduisent la tension intérieure des personnages tout en suscitant un peu d’ambiguïté. 
Bronzino est surtout célèbre pour ses portraits dans lesquels il parvient à une très forte individualisation comme dans Cosme 1er en armure.
Il est célèbre, tout Florence le demande.

Sa pénétration psychologique, froide et rigoureuse, sensible et aiguë du modèle, alliée à une technique parfaite, vont nous donner les plus beaux portraits maniéristes qui soient.

L’expression des visages est d’une solennité conventionnelle comme si les personnages portaient un masque. 
Les détails sont rendus avec une grande précision. 
Bronzino est une des figures centrales de l’art florentin du XVIe siècle.