English Website



Toutes les Analyses


 
Le Greco. Christ en Croix. (1600 – 1610).









Laisser un commentaire ou un avis.  


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
 
Qui sommes nous ?   
 Liens 



Le Greco. Christ en Croix. (1600 – 1610). 177 x 105 cm.; 69 ¾ by 41 ¼ in.

Le Gréco est l'un des plus grands représentants du maniérisme. Bien qu'il soit d'origine grecque et né à Candie en Crète, la peinture espagnole lui doit sa renommée mondiale. Cette crucifixion est une œuvre de maturité, elle existe en plusieurs exemplaires en grand format. Une toile un peu plus grande (193 x 116 cm ) est au musée de Cleveland mais une grande partie du paysage n’est pas représentée. Une version de taille presque identique est enregistrée dans la collection Marques de la Motilla à Séville, une œuvre de 82.5 x 51.8 cm. est au musée de J. Paul Getty à Los Angeles et une autre de 95 par 61 cm est aujourd'hui au musée de l'art occidental à Tokyo. De plus, le Christ sur la croix avec des Donateurs, 1585-90, se trouve au Musée du Louvre à Paris. Ce qui caractérise cette version c’est surtout le ciel à l’arrière plan, le ciel durant l’éclipse représenté d’une manière abstraite et la forme des nuages qui épouse le contour de la croix. C’est aussi le visage serein du Christ qui ne paraît pas souffrir physiquement et semble remettre son âme dans les mains de son père. Il y a aussi, et c’est une caractéristique du maniérisme, des bras et un torse extrêmement allongés, c’est surtout le torse qui est démesuré. L’homme possède 12 paires de côtes en incluant les côtes 11 et 12 qui sont dîtes flottantes car sans articulation avec le sternum. Le torse du christ qui est représenté ici en possède beaucoup plus. On reconnaît le fameux vert du Gréco qu’il utilise aussi dans sa remarquable Vue de Tolède (1599).
Le Christ est seul sur le mont Golgotha, au dessus des ossements qu’il domine comme il va aussi dominer la mort, les soldats retournent à Jérusalem que l’on perçoit dans le lointain. Le site Golgotha, forme grecque pour l'araméen gulgota, « crâne », rendu en latin par calvaria, « calvaire », est un tertre ou une colline, il doit son nom à sa forme, et non aux crânes des personnes exécutées trouvés en ce lieu. 
Cette toile est mise en vente par Sotheby’s Londres le 3 juillet 2013 à 7.00 H.

La ligne d’horizon est basse. Par contre le point de vue du spectateur, guidé par les nuages, est irrésistiblement attiré par le visage du Christ. 

Le visage du Christ est sur la partie haute de l’œuvre, le paysage est lui sur la partie basse. 

La totalité du corps du Christ est devant le ciel comme s’il faisait déjà partie de lui. Le reste de l’œuvre, en bas, représente le paysage et le monde terrestre. Les 2 parties sont opposées comme le sont le haut et le bas. 

Le Christ est en position centrale. A l’intersection des 2 grandes diagonales. 

Le visage du Christ est serein et confiant. Dans d’autres crucifixions du Gréco, comme ici à droite son expression n’est pas la même. 

Bien entendu ces ossements sont là car le mont Golgotha est un lieu de sacrifices et de mises à morts mais symboliquement comme le Christ est situé au-dessus cela signifie qu’il domine la mort physique. 
A l’arrière plan les soldats et la population retournent vers Jérusalem, laissant le Christ seul, toujours vivant, en tête à tête avec le créateur. 

Ce ciel d’éclipse de forme abstraite gris, blanc, noir et jaune possède des nuages dont la forme évoque une ascension. Ajouté à la position des bras en croix le Christ semble prendre son envol… 

La lumière provient d’en haut à droite. 

Couleurs : Des couleurs froides et chaudes relativement proches. 

Toiles similaires : 

Le Gréco. Vue de Tolède. (1599). 

Le Gréco. Christ en Croix dans un Paysage avec des Cavaliers. 

Le Gréco. Christ en Croix avec des Donateurs. (1585 – 90).