English Website




Toutes les Analyses


Bernard Buffet. Tête de Clown. (1955).








Laisser un commentaire ou un avis.  



Musée Bernard Buffet

Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
   
 Liens 



Bernard Buffet. Tête de Clown. (1955).

Bernard Buffet est considéré comme un peintre expressionniste, il représente des portraits, des animaux, des nus, des paysages, et des natures mortes. Illustrateur il réalise aussi des décors pour le théâtre. Son travail attire immédiatement l’attention du public et de la critique qui le consacre en lui attribuant en 1948, avec Bernard Lorjou, le prix de la Critique. En 1952 il reçoit le Prix Antral. En 1955, il obtient la première place au référendum organisé par la revue Connaissance des arts désignant les dix meilleurs peintres de l'après-guerre. En mai 1971, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur. Bernard Buffet réalise la synthèse entre des formes picturales modernes et des sujets traditionnels. Il sait s’adapter au climat dominant de l’après-guerre et aux attentes de son public. A partir des années 50 l’artiste réalise beaucoup de visages de clowns. Au point que ces toiles deviennent un peu sa marque de fabrique. La silhouette du clown renvoie au symbolisme d’Arlequin. Avec ses costumes de losanges noirs et blancs il évoque le continuel changement du sombre et du clair, de la joie et de la tristesse. Souvent il rit mais il pourrait aussi pleurer, et ici le clown est bien triste. Il y a en lui une intensité de vie débordante mais elle est pénétrée des ténèbres de l’au-delà, il est conscient de 
l’inéluctable fin. Cet archétype est ambivalent il déborde de vie et de toutes ces joies mais il est aussi le symbole qu’un jour tout doit s’achever. 

Le point de vue du spectateur est situé au milieu du tableau. Pourtant le regard monte irrésistiblement, attiré par les yeux tristes du personnage. 

Le centre géométrique de la toile se trouve sous le nez. Le visage est parfaitement encadré par les 4 lignes de force. Les yeux sont situés très prés des 2 points d’intérêt naturels supérieurs. 

La silhouette du clown occupe exactement un tiers de l’espace pictural. Le reste est constitué de vide. ( Ici le fond est un mur bleu.) 

Une grande majorité des lignes directrices sont horizontales. Même les lignes situées sur le mur constituant le fond. Entre la joie et la tristesse, la vie ou la mort, l’artiste reste neutre et ne s’engage pas. 

Détails : 

Ce clown n’est pas jeune, de nombreuses rides apparaissent sur son front. 

En ce qui concerne les yeux le côté droit est clair et le coté gauche sombre. Ceci renforce l’évocation de la figure 
d’ Arlequin avec son costume noir et blanc. 

Le rectangle orange sur la bouche et le triangle vert sur le menton sont un clin d’œil malicieux et une évocation du cubisme. 

Lumière : 

Le personnage semble éclairé de la droite. 

Harmonies et Contrastes : 
De multiples contrastes entre couleurs chaudes et froides et entre couleurs complémentaires.

Toiles Similaires : 

Bernard Buffet : Le Clown Bleu. (1985).

Bernard Buffet : Clown. (1978).

Bernard Buffet : Clown Militaire. (1998).

Bernard Buffet : Clown au Chapeau Vert. (1998).