English Website



Toutes les Analyses

Toiles de David Analysées :

Le Serment des Horaces. (1784).

Le Serment du Jeu de Paume. (1789).

L’ Enlèvement des Sabines. (1799).

La Mort de Marat. (1793).

 


 Jacques Louis David. (1748-1825). Peintre d'histoire, de la révolution, 
de l'empire et portraitiste.
 








Laisser un commentaire ou un avis.  

 


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
   
 Liens 





Laisser un commentaire ou un avis.  


Jacques Louis David. (1748-1825). 

II est le chef de file de l’école néoclassique et il en demeure le meilleur précurseur, de la Révolution jusqu’à la chute de Napoléon 1er. Jeune il suit des cours de dessin dans plusieurs écoles des Beaux-Arts mais aussi à l’Académie royale sous la direction du peintre rococo Joseph Marie Vien un autre peintre Rococo François Boucher l’encourage. Il étudie surtout la perspective, l’anatomie et copie les maîtres anciens. Vers 1760 les premières commandes arrivent. Surtout des portraits. En 1774 il reçoit le prix de Rome avec Erasistrate découvre la cause de la maladie d’Antioche. Il se rend 5 ans en Italie comme pensionnaire à la villa Médicis, où il étudie Corrège et Carrache mais les maîtres classiques Mengs et Winckelmanns lui demandent de reporter son intérêt sur le Rococo et l’antiquité. Il réalise donc des études d’après des bas –reliefs antiques et des statues. Rentré à Paris il ouvre son propre atelier. David parvient rapidement à son propre style néoclassique, tirant les sujets de ses tableaux de l’Antiquité et s’inspirant, pour les formes et la gestuelle, de la sculpture romaine. En 1784 il peint le Serment des Horaces, commandé par Louis XVI, qui lui vaut un triomphe au salon de 1785. Destiné à développer le sens civique du public et porteuse d’un thème très moral, voire patriotique, cette toile devient la référence principale de la peinture historique noble et héroïque des deux décennies suivantes.
C’est avec cette toile d’inspiration antique à la composition rigoureuse se limitant aux éléments essentiels que David introduit le néoclassicisme dans la peinture française. Il s’engage en politique et prend une part active à la révolution de 1789, ami de Robespierre, il est élu député à la Convention, en 1792 devient président du club des Jacobins en 1793 puis président de la Convention en 1794. Son tableau le plus connu de l’époque est la Mort de Marat (1793). Ému par l'assassinat de Marat, défenseur virulent des intérêts populaires et député de Paris à la Convention, David réalise le portrait de ce martyr de la liberté en quelques semaines. Dans cette toile il met son art au service de la Révolution. Il renonce à toute fioriture et se concentre uniquement sur le thème et il réussit donc à rendre l’expression pathétique et moraliste d’une manière directe et précise si caractéristique de son style. Ainsi, l'image de Marat s'impose-t-elle par la réalité du corps nu, qui semble abandonné dans le vide qui l'entoure.
En 1794, emprisonné à deux reprises au palais du Luxembourg, il continue néanmoins à peindre et conçoit les Sabines, qu’il achève en 1799.
En 1795 il rencontre Napoléon qui le nome premier peintre de la cour impériale, ceci va déterminer toute la suite de sa carrière. 
Son œuvre devient l’apologie de l’empereur, Bonaparte franchissant les Alpes (1801), Le Couronnement de Napoléon (1806 - 1807). Après la chute de Napoléon et le retour des Bourbons David est contraint de s’exiler à Bruxelles en 1816, l’Italie ayant refusé de l’accueillir. Il peint surtout les portraits d’anciens membres de la convention et de comédiens qui ont du quitter la France comme lui. Tout au long de sa carrière, David fut également un portraitiste fécond. Plus intimistes que ses grandes toiles, ses portraits, comme Madame Récamier (1800), montrent sa grande maîtrise technique et son sens de la psychologie des personnages. De nombreux critiques modernes considèrent que les portraits de David, dénués de discours moral et soumis à une technique plus simple, sont sa plus grande réussite. La carrière de David symbolise en quelque sorte le passage du style Rococo du XVIIIe siècle au Réalisme du XIXe siècle. Son style au souffle puissant et sa grande maîtrise du dessin influencèrent fortement ses élèves Antoine Gros et Jean Auguste Dominique Ingres .Ses thèmes patriotiques et héroïques préparèrent la voie au romantisme.
Il est considéré comme le plus grand peintre de la période révolutionnaire et il fonde le courant néo-classique en France grâce à ses élèves, surtout Ingres, mais sa manière influence aussi beaucoup les romantiques.