English Website




 

Toutes les Analyses



Paul Signac. Femmes au Puits. (1892). 

Voir Aussi : Eugène Chevreul. La naissance du Pointillisme, de la chimie à l'art.



 



Laisser un commentaire ou un avis.  

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique  Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
  
 Liens 





Laisser un commentaire ou un avis.  

Paul Signac. Femmes au Puits. (1892). 195 x 131 cm.

Paul Signac (1863-1935) est avec Georges Seurat un des créateurs de la théorie divisionniste ou pointilliste. S'appuyant sur les découvertes de Chevreul sur la loi du contraste simultané des couleurs relative à la persistance des impressions lumineuses sur la rétine (détaillées ici), Signac élabore avec Seurat la technique du pointillisme. Le procédé consiste à juxtaposer sur la toile des touches de ton pur contrastées dont l'effet est visible à une certaine distance du tableau. Il succède à Seurat à la tête du mouvement à la mort de celui-ci en 1891.
Il compose de nombreuses vues de ports, en particulier de Collioure et de Saint-Tropez. Deux femmes tirent de l’eau d’un puits, une troisième s’éloigne. On distingue la jetée du port de Saint -Tropez et son phare, le clinfoc ou voile avant d’un voilier, quelques bateaux amarrés ou navigant, au loin les montagnes des Maures et de l’Esterel à droite la colline de la Citadelle. 
L’œuvre est construite sur la diagonale montante induite par le chemin sinueux. 
La lumière provient de la toile elle-même et ses couleurs acides, notamment le jaune. Signac est proche de Seurat pour le rendu des personnages mais leur traitement de la couleur est assez différent. Le tableau est fait de contrastes entre couleurs complémentaires. 

Le point de vue du spectateur se situe au niveau de la ligne d’horizon. 

Les 2 femmes se situent sur les lignes de forces et sur les 4 points d’intérêts de la toile.

On distingue 3 parties qui sont des zones couleur le ciel, la mer et la terre. 
L’œuvre est construite sur la diagonale montante, les principales lignes directrices s élèvent tout comme le S du chemin. 
Détails : 
De multiples bleus et même du violet composent la mer. 
Cette partie du sol fait alterner les couleurs chaudes et froides.
De bas en haut elle se dirige du plus chaud au plus froid. 

Cette robe est composée de multiples tons de bleus, de violets et d’oranges. 
Lumière : La lumière provient de la couleur plus, spécialement du jaune.
Signac lui-même a déclaré que cette décoration été conçue pour un panneau placé dans la pénombre. 
Couleurs : Contrastes entre couleurs froides et chaudes. Contraste entre complémentaires.
Toiles Similaires : 
Paul Signac. Le Grand Canal. (Venise). (1905). 
Une toile pointillisme à la lumière impressionniste. Les couleurs changeantes du ciel, les reflets sur les bâtiments et les gondoles tout est en nuances colorées et multiples.
Le pointillisme accentue encore cet effet de multiples couleurs incertaines et aléatoires…. 

Paul Signac. La Calanque. (1906). 
Signac introduit des couleurs rougeoyantes là où elles sont rarement présentes, sauf à la tombée de la nuit ou au petit matin. Ceci produit un effet d’explosion de couleurs. La toile a du enchanter les peintres fauves. Matisse et Derain.