Jean Honoré Fragonard. 



English Website

Les Peintres

 







Laisser un commentaire ou un avis.
 

                                Envoyer cette page à un(e) ami(e)         

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous  
  
Qui sommes nous ?  
 Liens 



Laisser un commentaire ou un avis : 

Jean Honoré Fragonard. (1732 - 1806)

Né à Grasse le 5 avril 1732 il est le fils de François Fragonard, garçon gantier, et de Françoise Petit. Après le décès, à 10 mois, de son petit frère Joseph, Jean Honoré reste enfant unique. Il quitte sa ville natale à l'âge de six ans, pour s'installer avec sa famille à Paris. A 13 ans il devient clerc chez un notaire qui remarque ses dons artistiques. En 1747 il entre en apprentissage à l'atelier de Jean Baptiste Chardin puis un an plus tard dans celui de François Boucher. Très vite il sait copier ses maîtres si parfaitement que même un connaisseur ne peut distinguer l'original de la copie. Ainsi l'Adoration des Bergers (1750) est tout d'abord attribuée à Boucher alors que, comme on le découvrira ensuite, l'œuvre est signée par Fragonard. C'est François Boucher qui comprend et affirme les dons du jeune garçon en le présentant au concours de Rome dont il remporte le premier prix en 1752. Après trois ans d'étude avec le peintre français Carle Van Loo à l'école des élèves protégés, il séjourne quelques années en Italie (1753-1756). La peinture du maître vénitien Tiepolo exerce sur lui une profonde influence, ainsi que le style baroque de Pierre de Cortone, la peinture flamande et les travaux de Rubens, Rembrandt, Hals et Ruisdael. Son travail reste encore académique, pastichant en un même élan la manière religieuse des anciens et la peinture contemporaine de son maître Boucher dans le rendu du paysage italien. En Italie il étudie les œuvres du Carrache, de Cortona, du Caravage et de Guido Reni. Résidant à l'Académie de France, il se lia d'amitié avec son compatriote, le peintre Hubert Robert et l'abbé de Saint-Non qui devient son protecteur et son principal commanditaire. Dès son retour en France en 1761, Fragonard est accueilli comme un peintre confirmé. Il obtient la reconnaissance de la Cour, des commandes publiques et un atelier au Louvre.