English Website


Toutes les Analyses


Labeur et Travail en Peinture.








 

Laisser un commentaire ou un avis.  


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil 
 Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     Qui sommes nous ?    Liens  

 

Labeur et Travail en Peinture. 

Les peintres ont souvent rendu hommage aux travailleurs, le réalisme avec Millet et Dupré, les impressionnistes avec Caillebotte, Manet, Pissarro et même Monet.  

Un des plus beau Hommage est celui du poète Chilien Pablo Neruda, Prix Nobel de Littérature.

 Monte naître avec moi, mon frère.

Donne-moi la main, de cette profonde zone de ta douleur disséminée.
Tu ne reviendras pas du fond des roches. 
Tu ne reviendras pas du temps enfoui sous terre. Non, ta voix durcie ne reviendra pas.
Ne reviendrons pas tes yeux perforés.
Regarde-moi du tréfonds de la terre,
Laboureur, tisserand, berger aux lèvres closes :
dresseur de tutélaires guanacos : 
maçon de l’échafaudage défié :
porteur d’eau de larmes andines :
joaillier des doigts écrasés :
agriculteur qui trembles dans la graine :
potier répandu dans ta glaise :
apportez à la coupe de la vie nouvelle vos vieilles douleurs enterrées.
Montrez-moi votre sang, votre sillon, dites-moi : en ce lieu on m’a châtié
car le bijou n’a pas brillé ou car la terre n’avait pas donné à temps la pierre ou le grain : désignez-moi la pierre où vous êtes tombés et le bois où vous fûtes crucifiés, illuminez pour moi les vieux silex, les vieilles lampes, les fouets collés aux plaies au long des siècles et les haches à l’éclat ensanglanté.
Je viens parler par votre bouche morte.
Rassemblez à travers la terre toutes vos silencieuses lèvres dispersées
et de votre néant, durant toute cette longue nuit, parlez-moi
comme si j’étais ancré avec vous, racontez- moi tout, chaîne à chaîne,
maillon à maillon, pas à pas, affûtez les couteaux que vous avez gardés,
mettez les sur mon cœur et dans ma main, comme un fleuve jaune d’éclairs,
comme un fleuve de tigres enterrés, et laissez-moi pleurer, des heures, des jours, des années, des âges aveugles, des siècles stellaires.

Donnez-moi le silence, l’eau, l’espoir.

Donnez-moi le combat, le fer et les volcans.

Collez vos corps à moi ainsi que des aimants.

Accourez à ma bouche et à mes veines.

Parlez avec mes mots, parlez avec mon sang. 

PABLO NERUDA ( odes) 
Poète, Écrivain. Prix Nobel de littérature en 1971.




Laisser un commentaire ou un avis.