Henri De Toulouse-Lautrec. 




Les Peintres

 








Laisser un commentaire ou un avis.
 

                       

Page Facebook du  Musée Toulouse-Lautrec de la ville d’Albi

         Envoyer cette page à un(e) ami(e)         

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous   
 
Qui sommes nous ?  
 Liens 




Laisser un commentaire ou un avis.  

Henri De Toulouse-Lautrec (1864 - 1901). 

Henri de Toulouse-Lautrec se situe précisément entre l’impressionnisme et l’Art Nouveau (ou Jugendstil).
Descendant de la famille des Comtes de Toulouse il est élevé à Albi et à Paris. Ses parents sont cousins germains.
Son frère cadet décède à l'âge d'un an, ensuite ses parents se séparent…
Il souffre d’une anomalie congénitale, une ossification insuffisante, il est victime de deux fractures au fémur gauche à l’age de 14 ans et au fémur droit à 17 ans. Ses jambes rachitiques et presque raides doivent supporter un torse énorme, elles ne grandiront plus, sa taille ne dépassera jamais 1m 52. 
Dés son enfance et durant toute la période de sa maladie il s’exerce au dessin. En 1882 son père le fait entrer en tant qu’apprenti dans l’atelier de l’un de ses amis le peintre animalier sourd-muet René Princeteau. Il fréquente aussi l’atelier de Léon Bonnat, portraitiste réputé à l’époque. En 1883 il loue avec un ami son propre atelier boulevard de Clichy. Il rencontre Vincent Van Gogh, qui devient son ami et dont il fait le portrait. A cette époque il peint les scènes du Moulin de la Galette. 
Il s'installe à Montmartre et fait la connaissance d'Edgar Degas à qui il voue une grande admiration. 
Il fréquente les cabarets de Montmartre, l'Elysée - Montmartre, le Moulin de la Galette, mais il préfère le Mirliton d'Aristide Bruant où il expose aussi ses oeuvres. En 1886 il rencontre Suzanne Valadon qui lui sert de modèle. Elle sera sa maîtresse jusqu'à ce qu'elle tente de se suicider en 1888. 
Le 5 octobre 1889 c’est l’ouverture du Moulin-Rouge, 90 boulevard de Clichy, dont Lautrec devient vite un habitué. Sa table lui est réservée et il y expose ses oeuvres. Il y réalise la Danse au Moulin Rouge, et l’Affiche du moulin Rouge représentant la comédienne Louise Weber et Valentin le Désossé. Il peint aussi plusieurs portraits de la chanteuse Jeanne Avril. 
Il est invité en février par le critique belge Octave Maus à présenter onze oeuvres à l'exposition des « 20 » à Bruxelles. Théo Van Gogh achète Poudre de riz au prix de 150 francs pour la galerie Goupil. Henri de Toulouse-Lautrec est fidèle en amitié, à cette exposition en 1890 il provoque en duel le peintre de Groux qui dénigre Vincent Van Gogh, le duel n'aura pas lieu…
En 1891 il exécute A la Mie et la fameuse affiche du Moulin-Rouge qui le rendent célèbre dans le Tout-Paris du jour au lendemain.
Il vit quelque temps, en 1893 dans une maison close de la rue d'Amboise, un palais du XVIIe siècle, et y exécute 16 oeuvres.
A la deuxième grande exposition particulière dans la galerie de Joyant, 9 rue Forest, qui attire de nombreux visiteurs Lautrec refuse de vendre une oeuvre à l'ex-roi de Serbie, qu'il considère comme un vulgaire « éleveur de porcs ».
En mai 1897, il installe son atelier au 15 de l'avenue Frochot, non loin de la Place Pigalle (jusqu'en 1898). Il laisse dans son ancien atelier 87 oeuvres qui seront utilisées par les nouveaux locataires pour masquer les trous de la tapisserie, le reste est bradé à petit prix.
En 1898 il est sujet à des crises de persécution, il se croit recherché par la police et va jusqu’à se réfugier chez un ami.
En 1899 il réalise les illustrations des « Histoires Naturelles » de Jules Renard.