Thomas Lawrence. (1769-1830).



   
Les Peintres


Analyse : Thomas Lawrence :  Pinkie

 






Laisser un commentaire ou un avis.
 

     Envoyer cette page à un(e) ami(e))

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
 
Qui sommes nous ?  
 Liens 




Laisser un commentaire ou un avis.  


Thomas Lawrence. (1769-1830).

Autodidacte de génie et enfant prodige il réalise ses premiers tableaux à l’âge de 5 ans. Il commence à dessiner à Bristol où son père est aubergiste. 
À l'âge de dix ans il aide déjà sa famille en vendant aux clients ses portraits au pastel. Les visiteurs sont salués avec ces mots : " Messieurs, voici mon fils, le laisserez- vous faire vos portraits ? "
On ne connaît de lui que des portraits et une Crucifixion aujourd’hui disparue. Il est considéré comme l'un des meilleurs portraitistes de son temps.
Sa famille s’installe à Bath où ses portraits font rapidement de lui un artiste réputé dans la grande société venue de Londres. 
En 1787 à Londres, à 18 ans il exécute son premier portait en pied celui de Lady Cremorne. L’œuvre reçoit des commentaires favorables dans la presse et un critique parle de lui comme un futur Joshua Reynolds âgé simplement de 20 ans.
Sa réputation lui vaut une commande : le portrait de la Reine Charlotte (1790), considéré comme une de ses plus belles réussites avec celui de l'actrice Miss Farren, qui deviendra comtesse de Derby. Au cours des années suivantes sa notoriété ne fait que croître dans les salons à la mode et dans les milieux artistiques, il est reçu à la Royal Académy en 1794 à l’âge minimal requis, 25 ans. Il en devient le président de 1820 à 1830.
A la mort de sir Joshua Reynolds en 1792 il est nommé peintre du roi George III. Il continue à réaliser des portraits de très haute qualité, John Angerstein et sa Femme (1792), Arthur Atherley. Thomas Lawrence se situe dans la lignée de Reynolds et de Gainsborough et à travers eux, dans la tradition de Van Dyck. Le brillant des couleurs rehaussées de petites touches blanches et les paysages presque impressionnistes des fonds produisent un effet séduisant et sophistiqué. Pourtant ses œuvres ne manquent pas de pénétration psychologique. 
En 1794 il représente Pimkie, Sarah Barrett Moulton, la fille d'un riche propriétaire foncier de la Jamaïque, Pimkie est née en 1783. Malheureusement, sa vie est de courte durée, elle décède un an après que Thomas Lawrence achève la toile soit à 12 ans. Pimkie est exposée à coté du Blue Boy de Gainsborough à la Bibliothèque de Huntington à San Marino en Californie. Les deux toiles sont souvent associées l’une à l’autre. 
Le style de Lawrence se caractérise par une touche ferme et énergique, l'emploi de couleurs vives et une grande recherche d'expressivité dans le traitement de ses sujets. L'artiste cherche surtout à exalter leur élégance.
En 1814 le futur George IV lui commande les portraits de tous les monarques, hommes d’État et chefs militaires ayant participé à la chute de Napoléon. 
Deux des portraits d’enfants les plus célèbres de Lawrence ont été peints en 1820 : celui d'Emily et de Laura Calmady et celui de Charles Lambton ou Le Garçon Rouge
En 1824 il expose à Paris et Delacroix s’inspire de son œuvre pour représenter le Baron Schwitters. 
Lawrence était célèbre pour la durée qu’il prenait pour finir certaines de ses toiles, Isabella Wolff a attendu son portrait durant 12 ans….A sa mort, son atelier contenait un grand nombre de tableaux inachevés…. 
Il ne s'est jamais marié. Lorsqu’il disparaît en 1830, Lawrence est le peintre portraitiste le plus à la mode en Europe. Avec sir Joshua Reynolds et Thomas Gainsborough, Thomas Lawrence est l'un des plus grands maîtres de l'art du portrait en Grande-Bretagne, son œuvre annonce la peinture romantique.