English Website

 

Toutes les Analyses

 


 Les Paradis perdus de Marcel Caram. 
Peintre Surréaliste digital. 

En ligne le : 25.08.2015.

Le Surréalisme




 Site Web. 


Laisser un commentaire ou un avis.  


Le Surréalisme

 


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

Accueil  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous   Qui sommes nous ?   Liens 



Les Paradis perdus de Marcel Caram. Peintre Surréaliste digital. 

Marcel Caram est un artiste brésilien qui pratique le surréalisme, sauf qu’au lieu d’utiliser des pinceaux il utilise sa souris et son ordinateur pour créer ou modifier des images. Quel que soit le moyen utilisé c’est le résultat qui est important et dans ce cas il est satisfaisant. 
Marcel Caram emploie les couleurs de Dali, l’univers de Dali, des formes proches de celles de Dali mais les œuvres, si elles sont aussi représentatives de la tendance vériste du surréalisme, ne font pas appel aux puissants archétypes qu’Ernst et Dali avaient l’habitude d’employer. Bien des objets sont des objets simples, reconnaissables et dont la signification est identifiable. Ce monde est bien entendu celui du rêve mais il est chargé de signification pour celui qui veut bien voir. Certains objets reviennent assez souvent, les échelles, les ballons, les fleurs aux longues tiges. Il y a souvent disproportion. 
L’homme est soit trop petit, soit trop grand, soit il n’a pas les bons outils pour accomplir une tâche. 
Ce monde poétique est parfois très proche de l’enfance et de l’univers dada. L’homme voudrait 
voler comme un oiseau, est semblable à une marionnette, n’est pas à sa place. Beaucoup 
de larmes de couleurs aussi dans les toiles, des larmes qui coulent à cause du paradis perdu. 
Voilà la profonde nostalgie de ce qu’exprime Marcel Caram et sa poésie aussi, l’homme est un ange déchu, tombé du ciel et qui cherche à y retourner sans jamais y parvenir. Cruelle destinée… 
Sujet de bien des tableaux. La pomme et l’arbre du péché originel sont représentés, le fils rédempteur aussi. 
Que faut-il croire ? Voilà la question que posent toutes les toiles avec beaucoup poésie et une douce nostalgie. Sans trop de noirceur ni de pessimisme.