English Website






Le Symbolisme.

Toutes les Analyses



La Mariée. Marc Chagall. (1950).



 




Laisser un commentaire ou un avis.  

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique   Contactez-nous    
 
Qui sommes nous ?  
 Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.  

La Mariée. Marc Chagall. (1950). Gouache pastel.

L’œuvre de Chagall est une métaphore merveilleuse et poétique du monde qui entoure le peintre, de son histoire et de ses croyances. Chagall a traversé son époque à l’image de sa peinture, suspendue entre terre et ciel comme nombre de ses personnages.
Artiste prolifique, Chagall reste aujourd’hui encore un artiste à part, ne pouvant être rattaché à aucun mouvement artistique. Influencé à la fois pour la couleur par Van Gogh marqué par le cubisme de Robert Delaunay pour la forme, le Symbolisme, le surréalisme et l'expressionnisme allemand pour le fond il est en quête d’un univers personnel, fantaisiste et poétique. 
Dans la mariée Chagall entremêle le monde réel et monde imaginaire . C’est un homme au visage de bouc qui joue du violoncelle. Les instruments de musique, le violoncelle et la clarinette évoque le folklore yiddish de sa Biélorussie natale. 
L'arrière plan d’un bleu nuit profond et foncé évoque les ténèbres, la tristesse et la mélancolie. A l'inverse, au premier plan la mariée enlacée par un partenaire, les couleurs rouges et blanches, expriment la joie, la sensualité, la tendresse et l’union.

Le point de vue du spectateur se trouve au niveau de la ligne d’horizon. Le fait que les personnages semblent suspendus et flotter dans l’espace déroute quelque peu le regard. Sur la toile rien n’est en position droite tout est incliné. 

La mariée est située sur la ligne de force gauche, sur les 2 points naturels d’intérêt. Le violoncelliste se trouve sur le point naturel d’intérêt inférieur droit. 

La partie festive, musique, église, repas se trouve sur le tiers droit. La mariée et son partenaire sur le tiers gauche. 

L’œuvre est construite sur la diagonale montante de gauche à droite la plupart des lignes directrices vont dans ce sens. Cette diagonale induit l’idée d’ascension. 

Détails : 
Dans sa main droite la mariée porte un bouquet de fleurs blanches. Le vert du bouquet se retrouve sur le violoncelle et sur l’épaule du clarinettiste.
Le geste de tendresse du partenaire qui enveloppe de ses bras le visage de la mariée rappelle le cérémonial du mariage juif où la mariée s'arrête quelques mètres avant le dais nuptial, et le marié descend lui mettre le voile sur le visage. 

Cette partie de la toile ainsi que tout ce qui est à droite représente la cérémonie, la synagogue est au loin. Il existe une obligation particulière de réjouir les jeunes mariés. Une réception suit donc le mariage avec un repas de fête durant lequel il est d'usage de manger du pain et de la viande, mais aussi du poisson du moment qu’il possède nageoires et écailles, ce repas est bien sur accompagné de musique et de danses.

Violoncelle et clarinette évoquent le folklore que l’artiste a connu dans sa jeunesse. Les animaux au sabot fendu peuvent eux aussi être au menu selon Les lois de la cacheroute, le code alimentaire de la religion juive. 

Lumière : 
Le voile de la mariée est à l’origine de la lumière qui éclaire la toile, par contraste le bleu de l’arrière plan paraît encore plus sombre.

Couleur :
Contrastes entre couleurs froides et chaudes. Contrastes entre complémentaires.

Toiles Similaires : 

Marc Chagall. La Mariée à l’Éventail. (1911). 
Vue de profil cette mariée a les yeux fermés ce qui lui donne un air pensif et profond.
5 couleurs composent la toile : Bleu, gris, blanc, noir et vert.

Marc Chagall. Le Paradis. (1961).
Bien sur le bleu domine dans le paradis de Chagall, avec des buissons ardents, Adam et Eve, la pomme et le serpent, des anges, des animaux et tout ceci semble suspendu en l’air entre ciel et terre.

Marc Chagall. Le Violoniste Bleu. (1947).
Il semble s’élever vers le ciel tout en jouant avec des oiseaux sur l’époque et les genoux le violoncelliste de Chagall. Sous la lune à gauche le buisson ardent l’écoute. Du bleu pour les maisons semblables à celles de la mariée. Du violet pour le ciel et toujours les mêmes mauves et verts.