Michelangelo Buonarroti dit Michel-Ange.

Les Peintres











Laisser un commentaire ou un avis.
 

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique  Contactez-nous  
  
Qui sommes nous ?  
 Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.  

Michelangelo Buonarroti dit Michel-Ange (1475 -1564) 

C’est l’un des plus grands peintres, sculpteurs et architecte de la Renaissance. C’est un génie universel et il est considéré comme le précurseur du Baroque. Né en Toscane à Caprese il commence son apprentissage en 1488 dans l’atelier de Domenico et David Ghirlandaio à Florence. 

Dés l’année suivante il est accueilli dans le palais de Laurent de Médicis. Il dessine et étudie la sculpture des marbres antiques auprès de Bertoldo di Giovani, élève de Donatello. A la mort de son protecteur il quitte Florence pour Bologne. Dés cette époque son génie précoce lui vaut une grande notoriété. Il se fixe à Rome de 1496 à 1501, durant cette période il exécute certaines de ses plus admirables œuvres de jeunesse : Le Bacchus Ivre et la Pietà. 

En 1501 il regagne Florence où il commence le colossal David sculpté dans un seul bloc de marbre.
Il l’achève en 1504. La seule peinture de cette période qui lui soit attribuée avec certitude est le grand médaillon de la Sainte Famille (1503-1504). De retour à Rome en 1505 il fait un premier projet pour le mausolée du pape Jules II. 

En 1508 le pape lui confie la décoration de la voûte de la chapelle Sixtine du Vatican, c’est un immense ensemble de fresques qu’il ne terminera qu’en 1512. Autour de la voûte centrale, le plafond est divisé en 12 lunettes présentant des motifs en relief. Cette composition complètement nouvelle, faisant appel à de fausses architectures, à de fausses sculptures en trompe l’œil à des traitements picturaux différents des divers épisodes bibliques, à des effets de perspective, constitue un sommet rarement atteint entre le lyrisme passionné et la rigueur de la peinture, entre l’humain et le divin. 

Vue d’ensemble, au fur et à mesure de la réalisation, la composition a tendance à s’étendre dans toutes les directions de l’espace. Les peintures de la voûte de la chapelle Sixtine ont constitué pour de nombreuses générations d’artistes un réservoir inépuisable de formes et de solutions picturales nouvelles. 

Après avoir travaillé de 1520 à 1536 pour des commandes concernant les chapelles des Médicis il retourne de nouveau à Rome pour réaliser les fresques du Jugement Dernier qui occupent la paroi du fond de la chapelle Sixtine couvrant une surface de 20 mètres sur 10 et dont il ne viendra à bout qu’en 1541. Au centre de la composition se trouve le Christ portant les stigmates. Toute la partie supérieure symbolise la Passion Des anges sans ailes tiennent des trompettes et les saints regroupés autour du Christ semblent accuser. La partie inférieure représente le jugement dernier. Les morts sortent de leurs tombes et, séparés ou entremêlés, les élus montent au ciel alors que les damnés tombent dans un enfer qui évoque celui de l’Antiquité. 

Ensuite Michel-Ange travaille jusqu’à sa mort sur la conception de la coupole de la Basilique St Pierre et de la chapelle des Storza. 
Au cours des 15 dernières années de sa vie il n’aura plus le temps de réaliser la moindre fresque et les quelques sculptures qu’il commence sont terminées par d’autres. 

L’art majestueux de Michel-Ange ne se laisse cerner par aucun cadre stylistique, il semble presque s’être développé de manière autonome sans être marqué par aucune école.