Musée National d’Art. Lisbonne. Portugal.

English Website

26 grandes villes autour du monde, la nuit.

Les Grands Musées du Monde


Classement des Musées en nombre de visites.



Laisser un commentaire ou un avis.  


Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil    Analyses    Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    
Jeux
    Annonces    Boutique  Contactez-nous  
 
Qui sommes nous ?   
 Liens  




Laisser un commentaire ou un avis.  


Musée National d’Art. Lisbonne. 

Le musée national d'Art à Lisbonne est un musée d’art ancien et moderne installé dans un palais du XVIe siècle, le palais des comtes d’Alvor-Pombal.
Les collections du musée proviennent en grande partie de la confiscation des biens des couvents, fermés en vertu de la loi de 1834. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, elles ont été enrichies par les acquisitions de l'Académie royale des Beaux-Arts et par le mécénat des rois Pierre V et Louis Ier. Dans les salles consacrées à la peinture sont représentées les écoles allemande (Hans Holbein et Albrecht Dürer), espagnole (Bartolomé Esteban Murillo, Francisco de Zurbarán et Diego de Silva Vélasquez), flamande (Hans Memling, le célèbre triptyque de la Tentation de saint Antoine de Jérôme Bosch, Pieter Bruegel), hollandaise (Pieter De Hooch, A. Backer, Joos van Craesbeeck), française (Nicolas Poussin, Antoine Coypel, Jean-Honoré Fragonard, Gustave Courbet), anglaise (George Romney, Lawrence) et italienne (Piero della Francesca, Raphaël, Piazzetta, le Pontormo). 
L'évolution de la peinture portugaise est retracée, sur quatre siècles (XVe-XIXe), du célèbre Polyptyque de saint Vincent, la plus grande œuvre de la peinture portugaise jusqu'aux œuvres des maîtres de Lisbonne (Gregorio Lopes, Garcia Fernandes) et de l'école régionale de Viseu (Vasco Fernandes, le célèbre Grão-Vasco), en passant par le maniérisme italianisant d'un Diogo Contreiras, les portraits de Domingos Vieira, les natures mortes de Josefa de Obidos et les dessins de Domingos Antonio de Sequeira.