English Website



Toutes les Analyses


 Martin Johnson Heade. (1819 – 1904). Orchidées et Colibri. (1875).
 

Hudson River School
.




 





Laisser un commentaire ou un avis.  


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
   
 Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.  

Martin Johnson Heade. (1819 – 1904). Orchidées et Colibri. (1875). 

Cette toile de Martin Johnson Heade est remarquable par la beauté du sujet, les couleurs des orchidées et du colibri mais aussi par le paysage à l’arrière plan.
La composition est parfaite car le peintre laisse assez d’espace entre le colibri et les orchidées pour que le regard du spectateur plonge et soit attiré au loin. Bien qu’il soit retenu à l’avant plan par les couleurs chaudes du motif il ne manque pas de faire. 
De plus les arbres des 2 côtés forment un V et guident le regard. 


Le point de vue du spectateur est situé bien au dessus de la ligne d’horizon, au niveau de l’orchidée la plus haute. 

L’orchidée de droite se trouve sur 2 points naturels d’intérêt et sur 3 lignes de force. Le colibri se trouve à proximité d’1 point naturel d’intérêt sur la ligne de force basse. 

Le ciel et la végétation occupent chacun la moitié de l’espace pictural. 

L’œuvre est construite sur la diagonale ascendante qui passe sur l’oiseau et entre les 2 orchidées. A gauche et à droite les troncs et les branches forment un V pour guider le regard au loin. 

Détails : 

La pollinisation des orchidées est principalement réalisée par les insectes, en particulier les apidés (abeilles, bourdons, etc.), les papillons, les diptères, diverses mouches. Souvent un insecte donné ne pollinise qu'une seule et même espèce d'orchidée. D'autres animaux interviennent : divers acariens et aussi des oiseaux comme ici le colibri ou oiseau-mouche attirés par le nectar sucré de ces fleurs.

Au loin on perçoit un massif montagneux, une vallée et on devine un lac ou un fleuve en son milieu. 

Les colibris sont réputés pour leur vol particulièrement véloce : leurs battements d'ailes sont si puissants et si rapides qu'ils produisent un bourdonnement. Les colibris se nourrissent de nectar et de petits insectes qu'ils trouvent dans les fleurs. 
Presque tous les colibris ont un plumage chatoyant aux reflets métalliques. La gorge des mâles est rouge, bleue ou vert émeraude, mais toujours éclatante. 

Lumière : 
La toile semble éclairée de la gauche par un soleil qui est assez haut dans le ciel. 

Couleurs : Contraste entre couleurs chaudes et froides. 

Toiles Similaires : 

Martin Johnson Heade. Orchidée Cattleya et 3 colibris Brésiliens. (1871). 

Martin Johnson Heade. Colibris et Fleurs de la Passion.