English Website



Toutes les Analyses


Martin Johnson Heade. (1819 – 1904). Colibris et Fleurs de la Passion. 
Hudson River School
.







Laisser un commentaire ou un avis.  



Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
   
 Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.  

Martin Johnson Heade. (1819 – 1904). Colibris et Fleurs de la Passion. 

La Passiflore ou Fleur de la passion est une liane donc une plante grimpante aux magnifiques fleurs, elle pousse dans les régions au climat doux et humide. Le nom de Fleur de la Passion provient de la ressemblance des éléments qui la constituent avec les instruments de la Passion du Christ. On distingue une couronne de filaments, couronne d'épines, au centre du tube formé par la base du calice et de la corolle. Les étamines ont l'allure de petits marteaux et les stigmates celle de clous. Les missionnaires jésuites d’Amérique du Sud ont utilisé cette fleur pour symboliser la passion du Christ auprès des indigènes. 
L’arrière plan de la toile est totalement plongé dans la brume dont la couleur, par contraste fait ressortir le rouge des fleurs et les colibris. 

Le regard du spectateur est attiré par la fleur de droite et les 2 oiseaux. Le point de vue est situé à peu prés au milieu de la toile. 

Les 2 Passiflores se trouvent sur les points naturels d’intérêts inférieurs gauche et supérieur droit. Les Colibris sont proches du point naturel d’intérêt inférieur droit. Le fait de positionner les éléments majeurs de la composition sur les lignes de force renforce encore plus leur présence. 

Le ciel à l’arrière plan occupe un peu plus des 2 tiers de l’espace pictural. Il met en valeur, par contraste des couleurs, Colibris et Fleurs de la Passion au premier plan. 

Le tableau a été élaboré en fonction de la grande diagonale ascendante. Le parcours des lianes n’est pas aléatoire. En bas elles guident le regard vers la fleur et les oiseaux puis vers la seconde fleur du haut et au loin dans la brume. 

Le Colibri male en haut, avec le plumage blanc sur la tête est en pleine parade amoureuse au-dessous de la fleur, ce qui convient bien avec le nom de la plante. La femelle en bas le contemple. 

On distingue bien la couronne orangée et ses fils ainsi que les étamines en forme de petits marteaux et de clous. 

La seconde fleur est tournée dans l’autre sens on distingue encore mieux les divers éléments qui la compose. 

Bien que l’on perçoive beaucoup de clarté à l’arrière plan il semble que la toile soit éclairée de la droite. 

Couleurs : Contraste entre couleurs froides et chaudes.

Toiles Similaires : 
Martin Johnson Heade. Orchidée Cattleya et 3 colibris 
Brésiliens. (1871).

Martin Johnson Heade. Orchidées et Colibri. (1875).