Proportion et Harmonie en Peinture 
et en photographie.



La Photographie.


Les Techniques
     L'art du Vitrail      L'Ombre et la Lumière en peinture


 








Laisser un commentaire ou un avis.  

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 
Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes  
  Jeux    Annonces    Boutique   Contactez-nous     Qui sommes nous ?    
 Liens  



Laisser un commentaire ou un avis.  


Toute reproduction, même partielle, sans accord préalable, 
constitue un délit et est passible de poursuites.

Proportions et Harmonie en Peinture.

Lorsqu’il n’y a qu’un seul sujet, une seule masse, un seul objet, un seul personnage la répartition des masses ne pose aucun problème. L’artiste, en principe, prend la précaution de ne pas placer une masse unique au centre de l’image ou sur un de ses axes à moins de vouloir donner un air très solennel au sujet représenté. Ceci peut être complètement volontaire, par exemple les portraits officiels de Francisco Goya (1746-1828) sont marqués par la raideur des poses, la trop grande solennité des modèles, leur laideur et des accessoires de toilette hypertrophiés…Par contre lorsque le sujet se compose de deux éléments la notion d’équilibre des masses prend tout son sens. Il s’agit de bien les répartir dans le cadre de l’image tout en sachant qu’une répartition symétrique n’est pas agréable à l’œil. Il faut estimer « le poids visuel » de chaque élément représenté et faire en sorte que l’élément le moins important joue le rôle de « contrepoids » de celui que l’artiste veux privilégier. En général le décalage de l’une des deux masse par rapport à l’axe de l’image peut animer suffisamment la composition sans trop la déséquilibrer. La solution d’une composition basée sur la diagonale de l’image est une solution très utilisée ou bien l’artiste peut jouer sur l’effet de perspective en modifiant sensiblement le volume d’une des deux masses, l’une serra dans le lointain, l‘autre sur l’avant-plan de l’image. Le principe de base reste bien sur de ne pas produire des œuvres trop déséquilibrées car celles-ci sont rarement harmonieuses. Il est plus facile d’équilibrer une composition lorsqu’elle est assise sur une grande horizontale qui aide à stabiliser les formes représentées. Ce principe est très utilisé dans les natures mortes. Voici à titre d' exemple une œuvre parfaitement équilibrée. Tout d’abord elle est assise sur une horizontale. Le verre et le vase s’équilibre sur le plan vertical, le pain et le miroir sur le plan horizontal et le damier et la mandoline au niveau de la diagonale. La composition est basée sur une diagonale descendante. Ceci suggère une idée de chute et de déchéance, ainsi l' oeuvre prend une valeur morale. 

Le regroupement des masses. Une bonne composition est souvent ambitieuse et elle est constituée d’élément divers : sujet principal, éléments secondaires, décors, éléments anecdotiques … Tout ceci peut facilement donner au spectateur un sentiment de flottement dans la composition et une impression assez désagréable. Pour cette raison l’artiste lorsqu’il répartit les masses prend garde de regrouper, souvent à l'arrière-plan, les éléments les moins importants pour qu’ils n’attirent pas inutilement le regard. Le but est de faciliter la lecture de la toile et personne ne se demande alors où est le sujet principal. Vides et espaces. Lorsqu’un spectateur examine une toile il ne se rend pas immédiatement compte que l’émotion qu’elle lui procure tient tout autant aux espaces vides et abstraits engendrés par les espaces pleins. Pourtant les espaces vides autant que les espaces pleins participent à l’allure et à l’harmonie générale de l’image. Souvent les vides consistent en des surfaces planes, le sujet se détache sur un fond neutre, ou sur un ciel dégagé, ils peuvent aussi être constitué d’un arrière plan plus travaillé, un paysage vu dans le lointain, des effets de brume ou de brouillard….Le traitement des vides, comme des pleins se fait en tenant compte de règles optiques simples. L’œil se désintéresse rapidement des compositions trop symétriques donc les espaces vides ou pleins ne doivent jamais être égaux ni trop régulièrement espacés sur la surface d’une œuvre. Lorsque le sujet est composé d’une seul personnage celui-ci ne doit pas être trop centré pour ne pas engendrer de part et d’autre des vides d’égales proportions. Les vides doivent de préférence être inégaux. Mais les vides peuvent aussi avoir une force expressive. Un sujet entouré d’un grand vide exprime la solitude et l’isolement, l’abandon. Un grand vide entre deux personnages suggère une opposition ou une discorde. Deux personnages proches font naître un sentiment d’entente, d’accord, de complicité ou d’amitié. A L’opposé un personnage dont les proportions sont très grandes (même en arrière plan) fait naître un sentiment de menace et d’oppression. En ce qui concerne l’avant-plan celui-ci a souvent pour but de mettre en valeur le sujet principal situé à l’arrière ou d’induire de la profondeur de champ. L’image devient ainsi à trois dimensions. Dans une toile l’arrière-plan ne doit pas ravir la vedette au sujet principal ainsi souvent ceux-ci sont neutres pour ne pas trop influencer la lisibilité de l’œuvre. Si l’arrière plan est très travaillé l’artiste doit veiller à ce qu’il ne perturbe pas la compréhension du tableau aussi celui-ci est rarement réalisé dans les mêmes teintes et l’auteur généralement n’emploie pas les mêmes formes picturales. De même en règle générale un arrière plan n’est jamais trop actif car il risque de détourner l’attention du sujet principal.