English Website



 

Toutes les Analyses



Les Proverbes Flamands. Pieter Brueghel l'Ancien. 
1559. 117 X 163 cm. Gemäldegalerie, Berlin






Érasme (1466 - 1536), écrivain hollandais, humaniste et érudit, publie Adages en 1500 à Paris : un recueil de 818 proverbes latins et grecs pour la première édition, puis 4151 dans l’édition définitive de 1533. Les proverbes ont été empruntés aux auteurs grecs et latins de l’ Antiquité et Érasme y ajoute les parémiographes, du grec paroimia, « proverbe » et graphein, « écrire », du Moyen Âge. Érasme donne des explications plus ou moins développées, toujours savantes, à la suite de chaque proverbe et en donne la traduction, la source, les occurrences, en expose au besoin le fonctionnement stylistique, par exemple : Festina lente : « hâte-toi lentement » est une antithèse. Il analyse les implications politiques, religieuses, philosophiques tout en faisant émerger un foisonnement de citations et de sources. Une telle entreprise de compilation ne se comprend qu’au sein du projet humaniste d’exhumation des textes et de la pensée antique, c’est par cette double conviction que l’on peut rassembler en un même ouvrage les fragments dispersés de la culture et du savoir universel et qu’on en tirera la matière d’une sagesse pour le présent. 

Suite à cette parution Brueghel peint sa toile : Les Proverbes Flamands qui illustre entre 85 et 120 proverbes. 
Nous vous présentons un maximum de proverbes accompagnés de leurs illustrations. 




Laisser un commentaire ou un avis.  



Vidéo : Les Proverbes Flamands.





Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique  Contactez-nous   Qui sommes nous ?   Liens 




Laisser un commentaire ou un avis.  



Les Proverbes Flamands. Pieter Brueghel l'Ancien. 1559. 117 X 163 cm. Gemäldegalerie, Berlin. 

Sébastien Brant écrit La Nef des fous qui est éditée à Nuremberg en 1494 et traduite en latin, français, néerlandais et anglais au cours du siècle suivant, c’est une source riche, comme son titre l'indique, d'aberrations, d'allégories et de maximes, 
d'autant plus éloquentes que l'ouvrage était illustré de gravures.

Érasme (1466 - 1536), écrivain hollandais, humaniste et érudit, publie Adages en 1500 à Paris : un recueil de 818 proverbes latins et grecs pour la première édition, puis 4151 dans l’édition définitive de 1533. Les proverbes ont été empruntés aux auteurs grecs et latins de l’Antiquité et Érasme y ajoute les parémiographes, du grec paroimia, « proverbe » et graphein, « écrire », du Moyen Âge. Érasme donne des explications plus ou moins développées, toujours savantes, à la suite de chaque proverbe et en donne la traduction, la source, les occurrences, en expose au besoin le fonctionnement stylistique, par exemple : Festina lente : « hâte-toi lentement » est une antithèse. Il analyse les implications politiques, religieuses, philosophiques tout en faisant émerger un foisonnement de citations et de sources. Une telle entreprise de compilation ne se comprend qu’au sein du projet humaniste d’exhumation des textes et de la pensée antique, c’est par cette double conviction que l’on peut rassembler en un même ouvrage les fragments dispersés de la culture et du savoir universel et qu’on en tirera la matière d’une sagesse pour le présent. Suite à cette parution Brueghel peint sa toile : Les Proverbes Flamands qui illustre entre 85 et 120 proverbes. Page suivante nous allons tenter de vous présenter le maximum de proverbes accompagnés de leurs illustrations. 

1/ Habiller son mari d’une cape bleue. Tromper son mari.

2/ Lier le diable au coussin. Les femmes sont plus débrouillardes que le diable.

3/ Un mordeur de pilier. Être un faux dévot.

4/ Porter l’eau d’une main et le feu de l’autre. Cancaner. Faire le mal d'un côté et le réparer de l'autre.

5/ Se cogner la tête contre le mur. S’entêter.
Une chaussure à un pied, et l’autre nu. Garder l’équilibre. 

6/ Tonds-la, ne l’écorche pas. 
Vas-y doucement. Pas à n’importe quel prix.

7/ L’un tond le mouton, l’autre la truie. 
L’un a tous les avantages, l’autre aucun.

8/ Doux comme un agneau. Être docile.

9/ Jeter des roses (ou des perles) aux cochons.
Donner de l’avoine aux cochons.
Similaire à : Attacher son chien avec des saucisses. 

Gaspiller son argent inutilement. 
10/ Combler le puits quand le veau s’est déjà noyé. 
Agir tardivement après la catastrophe.

11/ II faut se courber pour réussir dans le monde. 
Pour réussir, il faut faire des sacrifices.

12/ Tenir le monde sur son pouce.
Tout faire selon son désir.

13/ Tirer pour avoir le plus gros morceau. 
Tenter de prendre l’avantage.

14/ Qui a renversé sa bouillie, ne peut la ramasser en entier.
Certains dégâts ne peuvent être complètement réparés.

15/ L’amour est du côté où pend la bourse.
L’amour est à vendre.

16/ Une houe sans manche.
Une chose inutile.

17/ Peiner pour aller d’un pain à un autre.
Ne pas parvenir à joindre les deux bouts.

18/ Chercher la hachette. Inventer une excuse.
Éclairer avec une lanterne. Mettre les choses au clair.
Une grande lanterne et une petite lumière. Beaucoup de paroles, mais qui ont peu de sens.
Avec une lanterne pour chercher. Difficile à trouver.
Une hache avec un manche. Le manche et la cognée (la chose complète).

19/ Le hareng ne se frit pas ici. Ce n’est pas comme il devrait.
Frire tout le hareng pour consommer les œufs. Faire beaucoup pour obtenir peu.

20/ Se mettre un couvercle sur la tête. Prendre une responsabilité.

21/ Le hareng est pendu par ses ouies. Assumer la responsabilité de ses actes.
Il y a plus qu’un hareng vide dans tout cela. Il y a des choses cachées. 
Que peut la fumée contre le fer ? Il ne faut pas essayer de changer ce qui ne peut pas l’être.
Attacher chaque hareng par ses propres ouïes. II faut payer de sa propre bourse.

22/ La truie tire la bonde. La négligence mène au désastre.

23/ Attacher un grelot au chat. Entreprendre quelque chose publiquement.

24/ Mordre le fer. Être furieux.
Être armé jusqu’aux dents. Être lourdement armé.

25/ L’une enroule sur la quenouille ce que l’autre a filé. Commérage. Ragot, Médisance.

26/ Le cochon est saigné par la panse. Par une puissante action, le terrain a été dégagé. Tout est préparé, la partie est engagée, le cas est prévu.

27/ Deux chiens sur un os ne peuvent s’accorder. Argumenter sur une seule chose.

28/ Faire une barbe de lin à Dieu. Etre Hypocrite.

29/ Se tenir dans sa propre lumière. Être fier de soi.

Personne ne cherche les gens dans le four, s'il n’y a été lui-même. Imaginer de la faiblesse chez les autres, est un signe de sa propre faiblesse.

30/ Ramasser l’œuf de la poule et pas celui de l’oie. Faire le mauvais choix.

31/ Vouloir bailler comme un four. Tenter ce qui ne peut être accompli. 

32/ Tomber en défonçant le panier. Montrer sa déception.

Être suspendu entre ciel et terre. Se trouver dans une situation embarrassante.

33/ Trouver un chien dans la marmite. Arriver trop tard quand tout a été mangé.

34/ S’asseoir entre deux chaises dans les cendres. Rester dans l’indécision. 

35 / Les ciseaux pendent là. Il ne doit pas avoir confiance. 

36/ Ronger un seul os. S’obstiner longtemps en vain.

37/ Le tâteur de poules. Celui qui se soucie des œufs non comptabilisés.

38/ Porter la lumière du jour dans un panier. Perdre son temps.

39/ Allumer une bougie pour le diable. Flatter tout le monde sans discernement.

40/ Se confesser au diable. Révéler ses secrets à son ennemi.

41/ Un souffleur dans l’oreille. Un mauvais orateur.

42/ Mettre des bâtons dans les roues. Empêcher, causer des problèmes. 

43/ La cigogne reçoit le renard. Fable d'Ésope.

44/ À quoi sert un beau plat s'il n'y a rien dedans ?

45/ C'est marqué à la craie. Cela ne pourra pas être oublié.

46/ Uriner sur la broche. Insulter à mort. 

47/ Une cuillerée d'écume. Vendre du vent. 

48/ Être sur des charbons ardents. 
On ne peut pas tourner la broche avec lui.
On ne peut pas raisonner avec lui. 

49/ Cela dépend de la manière dont tombent les cartes. 
Influence du hasard.

50/ Laisse au moins un œuf dans le nid. Sois discret.

51/ Parler par deux bouches. Être mauvaise langue.

52/ Le pot de chambre est dehors. 

On ne peut pas cacher une activité honteuse.

53/ Les gros poissons mangent les petits. Les forts dominent les faibles. 

54/ Attraper l'anguille par la queue. Se tirer d'affaire avec peine. 

Tirer le diable par la queue. Aller jusqu’aux limites. 

55/ Enrager parce que le soleil se reflète dans l'eau. Entre envieux.

56/ Le monde à l'envers.

57/ Déféquer sur le monde. Se moquer de tout.

58/ Regarder les cartes. Connaître le dessous des cartes. Tricher.

Les dés sont jetés. Le sort en est jeté. 

59/ Se tenir par le nez. Avoir quelqu'un dans le nez. Ne pas aimer quelqu’un.

60/ Œil pour œil dent pour dent. 

61/ Uriner à la lune. 
Vouloir l'impossible.

62/ Avoir la peau épaisse derrière les oreilles. Être fourbe.

63/ Faire la barbe au fou sans savon. 
Profiter de la sottise d'autrui.

64/ Pêcher derrière le filet des autres. 
Se contenter des restes.

65/ Nager à contre-courant. Aller en dépit du bon sens. 

66/ Dans le cuir d'autrui on taille de belles courroies.
Être généreux avec le bien des autres.

67/ Regarder à travers ses doigts. Laisser dire.

68/ Le couteau est accroché. Symbole de défi.

69/ Rester les sabots aux pieds. Attendre inutilement.

70/ Il y a un trou dans son toit. Devenir fou. Avoir la tête fêlée.

71/ Un vieux toit a toujours besoin de réparations. Devenir sénile. 

72/ II y a des lattes sur le toit. Les murs ont des oreilles.

73/ Tirer une flèche après l'autre. Ne pas être récompensé de ses efforts.

74/ Deux fous sous le même manteau. Combiner deux sottises en même temps.

75/ Pousser hors de la fenêtre. Ne pas pouvoir se cacher.

76/ Jouer de la musique sous le carcan. Ne pas se rendre compte de son propre ridicule.

77/ Tomber du bœuf sur l'âne. 
Passer du coq à l'âne. Changer de sujet sans raison. 

78/ Se frotter le derrière contre la porte. Manquer de reconnaissance.

79/ Le mendiant n'aime pas qu'un autre mendiant s'arrête à la même porte.

80/ Réussir à voir à travers une planche de chêne pourvu qu'il y ait un trou dedans. Enfoncer des portes ouvertes.

81/ Être suspendu comme chiottes sur un fossé. Ne pas avoir de choix, être sous la contrainte.

Deux qui défèquent par le même trou. Faire de nécessité vertu. 

82/ Jeter l'argent dans l'eau. Jeter l'argent par les fenêtres.

83/ Un mur fendu est vite abattu.

84/ II pend sa tunique à la barrière. Jeter son pantalon aux orties.

85/ II regarde danser les ours. II est affamé.

86/ Le balai est dehors. Les maris ne sont pas à la maison.
87/ Être mariés sous le balai. Vivre en concubinage. 

88/ Les galettes poussent sur le toit. Vivre dans l'abondance.

89/ Les porcs errent dans le blé. Tout va de travers.

90/ Avoir le feu au derrière. Être pressé.

91/ Tourner son manteau selon le vent. Faire la girouette.

92/ Baiser l'anneau. Courber l'échine.

93/ Rester planté à regarder la cigogne. Laisser échapper la fortune.

94/ À son plumage on reconnaît l'oiseau. 

95/ Jeter les plumes au vent. Perdre le fruit de son propre travail.

96/ Tuer deux mouches d'un coup. Faire d'une pierre deux coups.

97/ Peu importe à qui est la maison qui brûle pourvu que l'on puisse se chauffer aux tisons.

98/ Traîner une souche. Traîner un boulet.

99/ Crottin de cheval n'est pas figue.

100/ La peur fait trotter la vieille. La peur donne des ailes.

101/ Un aveugle guidant d’autres aveugles.

102/ Le voyage n'est pas fini parce que l'on aperçoit l'église et le clocher. Ne pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué.

103/ Surveiller la voile. Faire attention.

104/ Avoir le vent en poupe.

105/ Pourquoi les oies marchent-elles pieds nus ? Être indifférent à ce qui ne vous regarde pas. 

106/ Déféquer sous le gibet. Danser sur un volcan.

107/ Les corbeaux volent où est la charogne. Il n'y a pas de fumée sans feu.

Couleurs : Contraste entre couleurs chaudes et froides.