English Website



Toutes les Analyses


Impressionnisme.

Claude Monet.


Claude Monet.
Pruniers en Fleur. (1879). Impressionnisme.






Laisser un commentaire ou un avis.  


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
   
 Liens 




Laisser un commentaire ou un avis.  

Claude Monet. Pruniers en Fleur. (1879). Impressionnisme.

Pour Claude Monet 1879 n’est pas une année comme les autres. C’est l’année du décès de sa femme Camille. Il vit toujours à Argenteuil et s’installe à Giverny en 1883. L’œuvre est constituée d’une multitude de petites touches de couleur. (C’est surtout perceptible au zoom). Monet adopte ici un peu la manière de Pissarro. Vu de près la toile n’a que peu de sens, c’est avec le recul que les formes se dessinent. 
Les maisons du village se détachent derrière les arbres en fleur et devant la colline où l’on distingue les parcelles par la couleur. C’est un fort contraste entre couleurs complémentaires, le vert et le rouge orangé qui fait le charme de ce tableau. La composition est équilibrée et remarquable comme souvent chez Monet. 


Le point de vue du spectateur se situe au niveau des maisons. De chaque côtés les arbres et leurs fleurs guident le regard vers le centre et le village. 

Le village se trouve sur la ligne de force supérieure entre 2 points naturels d’intérêt.
Sur la ligne de force inférieure se trouve les pruniers en fleur.

Au premier plan les pruniers, au second le village, au troisième plan la colline puis le ciel à l’arrière plan. 

La toile est construite en fonction des 2 grandes diagonales. En majorité les lignes directrices sont obliques, montent, et vont soit vers la droite soit vers la gauche.

Détails : 

Pour représenter les parcelles de la colline les touches de Monet sont plus larges et très colorées. 

Au niveau des fleurs les touches de couleurs sont petites et très fragmentées comme si Monet adoptait le style pointilliste de Seurat et Signac.

Même au niveau du village et des maisons la touche reste très fragmentée.

La lumière provient du bas et de la droite

Couleurs : Contraste entre couleurs chaudes et froides. 

Toiles Similaires : 

Claude Monet. La Maison dans les Roses. (1925).

Claude Monet. Le Jardin à Vétheuil. (1872).

Claude Monet. La Maison dans les Roses. (1925).

Claude Monet. La Maison dans les Roses. (1925).
Cette version aux couleurs froides et plus sombres a sans doute été peinte avec l’œil opéré de Monet.