English Website






Toutes les Analyses


Richard Parkes Bonington. (1802-1828). Rouen. (1825). Aquarelle : 18 x 23,5 cm.
Romantisme.

En ligne le 25.08.2013.




 




Laisser un commentaire ou un avis.  


 


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     
Qui sommes nous ?   
 Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.  

Richard Parkes Bonington. (1802-1828). Rouen. (1825). Aquarelle : 18 x 23,5 cm.

Les talents pour l’aquarelle de Richard Parkes Bonington sont immenses. Ici le format est relativement réduit, pourtant en ce qui concerne les détails, autant pour les navires au premier plan que pour la ville à l’arrière-plan, l’artiste procède avec une minutie extrême et une grande précision. Dans une lettre à Théophile Thoré datée du 30 novembre 1861 voici ce déclare Eugène Delacroix au sujet des aquarelles de Bonington : « A mon avis, on peut trouver dans d'autres artistes modernes des qualités de force ou d'exactitude dans le rendu supérieures à celles des tableaux de Bonington, mais personne dans cette école moderne, et peut-être avant lui, 
n'a possédé cette légèreté dans l'exécution, qui, particulièrement dans l'aquarelle, 
fait de ses ouvrages des espèces de diamants dont l'œil est flatté et ravi, indépendamment de tout sujet et de toute imitation ».

Le point de vue du spectateur est situé sur les navires au premier plan. Puis l’œil monte et remarque la ville, en dessous de la ligne d’horizon. Guidé par les flèches des églises le regard continue à monter vers le ciel qui occupe la majorité de l’espace pictural. 

Les mâts des 3 embarcations au premier plan sont situés sur la ligne de force droite sur 2 points naturels d’intérêt. Il en est de même à gauche en bas pour la flèche d’une des 3 églises. 

2 tiers de l’œuvre sont consacrés au ciel, un autre tiers à l‘eau, la ville et les navires se situent entre les deux. 

La toile est plutôt construite sur la diagonale descendante mais elle donne une impression d’ascension car de nombreuses lignes directrices sont soit horizontales, mais surtout verticales, les mâts des nombreux bateaux, même au loin, les flèches des églises, les façades des édifices. 

Détails : 

L’artiste a représenté les détails de l’architecture de la ville avec une grande minutie, ce qui demande à l’aquarelle une grande dextérité. 

Beaucoup de minutie dans la représentation des voiles, des mâts et des cordages des navires. 

Bonington possède le sens du détail, il n’a pas oublié de représenter les oiseaux qui survolent la ville. C’est ce genre de détail réaliste qui fait le charme d’une œuvre. 

Lumière : 

La lumière naturelle du soleil provient d’en haut à droite

Couleur : Harmonies entre couleurs chaudes. 

Harmonie entre couleurs très chaudes, jaune, orange ,doré, marron… 

Toiles Similaires : 

Richard Parkes Bonington. Le Grand Canal de Venise. (1826).
Clic pour voir l’analyse. 

Richard Parkes Bonington. Sur les Côtes de Picardie. (1826).

Richard Parkes Bonington. Navires prés du rivage de Normandie. (1823-24).