English Website


 


Toutes les Analyses


Richard Parkes Bonington. (1802-1828). Le Grand Canal de Venise. (1826).
Romantisme.

En ligne le 25.08.2013.









Laisser un commentaire ou un avis.  


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     
Qui sommes nous ?   
 Liens 




Laisser un commentaire ou un avis.  

Richard Parkes Bonington. (1802-1828). Le Grand Canal de Venise. (1826).
Huile sur toile : 43,5 x 61 cm.

Peintre Romantique, Richard Bonington est considéré comme un des précurseurs de l'impressionnisme. Sa famille britannique s’installe à Calais, en France, Bonington entre à l'École des beaux-arts de Paris en 1820. Il prend des leçons privées avec Antoine - Jean Gros et se lie d'amitié avec Eugène Delacroix et Théodore Géricault. Il peint aussi bien des paysages à l’huile que des aquarelles et ce sont ces dernières qui lui valent beaucoup de notoriété et l’admiration de Delacroix. Il passe la plus grande partie de sa vie en France et est l'un des premiers peintres à adopter la technique des paysagistes britanniques de l'époque tels que John Constable ou William Turner. Bonington meurt trop tôt (26 ans), emporté par la tuberculose avant que son style ne puisse atteindre véritablement sa maturité. On sent chez lui une grande dextérité, beaucoup de précision, de la spontanéité et de la légèreté dans l’exécution. Avec Turner et Constable il invente la technique des pochades qui consiste en de rapides croquis exécutés d’après nature. Ses toiles vont beaucoup influencer l’école de Barbizon et Camille Corot. 

La ligne d’horizon se situe dans le lointain, l’œil cherche d’instinct les limites de l’image puis il revient sur les façades inondées de lumières des bâtiments de droite qui sont situées sur son point de vue. 

Les 4 points naturels d’intérêt sont utilisés. Le point inférieur gauche constitue la base des immeubles et des bateaux. Les 3 autres points délimitent un ciel immense. 

Le ciel occupe les 2 tiers de l’espace pictural, les façades un autre tiers, l’eau le dernier tiers. 

L’œuvre est construite sur la diagonale ascendante de gauche à droite qui représente la lumière du coucher de soleil. Pourtant une grande majorité des lignes directrices sont horizontales ou bien verticales. 

Détails : 

Ces marins déchargent leur cargaison même s’ils gênent une autre gondole venant de leur gauche. 

Les mâts des navires se confondent avec les cheminées des bâtiments et les flèches des édifices de la ville. 

Détail réaliste, des draps pendent aux fenêtres pour sécher à la lumière du soleil couchant.

Lumière : 

L’éclairage vient d’en haut à droite. La lumière d’un soleil couchant.


Couleur : Contrastes entre couleurs chaudes et froides et entre couleurs complémentaires. 
Toiles Similaires : 

Richard Parkes Bonington. Rouen. (1825). Aquarelle. 
Clic pour voir l’analyse. 

Richard Parkes Bonington. Sur les Côtes de Picardie. (1826).

Richard Parkes Bonington. Navires prés du rivage de Normandie. (1823-24).