English Website



Impressionnisme

Toutes les Analyses


 Dalila Imadalou. Voiles Orientales. (2011). Aquarelle et collage. 






Laisser un commentaire ou un avis.  

Artiste :  Dalila Imadalou.      Site Web      Mail 


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous     
Qui sommes nous ?   
 Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.  

Dalila Imadalou. Voiles Orientales. (2011). Aquarelle et collage. 

L’aquarelle est une technique dans laquelle les pigments sont délayés dans de l'eau. Elle se caractérise avant tout par sa transparence, le papier restant visible à travers les couleurs qui forment un effet de voile. On mélange un pigment sec en poudre à de la gomme arabique qui, tirée de certains acacias, se solidifie en s'évaporant. Le matériau solide se dilue dans l'eau, puis s'applique sur le papier à l'aide d'un pinceau à poils souples. Pour un obtenir la finesse d’un tel dégradé de couleurs chaudes on ne peut utiliser que l’aquarelle. Seul le travail de l’eau coulant rapidement sur la toile donne une telle précision et des changements de tons d’une telle douceur. Pour les voiles l’artiste a utilisé du papier japonais, et des plumes ont été collées pour les mâts. Ce type de composition qui utilise une seule ligne de force et laisse les 3 quarts de l’espace pictural vide de tout élément (à part le fond) a été très utilisé en Chine. Durant la période, nommée Song du Sud (1127-1279), les artistes inventent un style de paysage connu sous le nom d’école Ma-Xia, d’après les noms des deux Maitres, Ma Yuan et Xia Gui. La brume est toujours un élément primordial de la composition, elle suggère la masse du paysage et donne au tableau un caractère de légèreté éthérée. Pour amplifier la sensation d’espace et d’infini, les artistes limitent parfois leur peinture à un seul angle du tableau, laissant le reste nu. Ces mêmes principes sont repris et utilisés ici. Au final ces 3 petits voiliers nous donnent une toile extrêmement harmonieuse autant par les couleurs que par la composition et surtout une ambiance poétique calme. On approche ici l’harmonie de toute chose et c’est une chose rare en peinture. 
Le point de vue du spectateur est relativement bas, il se situe au niveau des 3 petits navires. 
Le groupe de voiliers se trouve sur la ligne de force gauche entre 2 point naturel d’intérêt. 
En incluant les reflets à peu prés un tiers de l’espace pictural est utilisé. 
L’œuvre est construite sur la diagonale descendante, celle-ci sépare bien les espaces pleins des espaces vides. 
Les 2 voiliers sont pratiquement bord à bord, du papier japonais a été collé pour les voiles, de la plume pour les mâts. 
Ce bateau est légèrement en retrait. Sa voile est assez incurvée signe qu’il y a du vent. 
L’aquarelle donne beaucoup de finesse au dégradé. Sous la couleur on perçoit le grain du papier. 
Lumière : 
La lumière semble provenir du bas, des 2 cotés. Les zones lumineuses sont les reflets de l’eau, et les parties du ciel contenant du jaune orangé. 
Couleurs : Harmonie entre couleurs chaudes.
Toiles Similaires : 
Dalila Imadalou. Voiles Orientales. 2
Dalila Imadalou. Voiles Orientales. 3