Marie Bashkirtseff – Réalisme époustouflant, couleurs douces et paroles sages

Accueil » Marie Bashkirtseff – Réalisme époustouflant, couleurs douces et paroles sages
Art
Broche654
Partager585
1K Actions

« J’ai envie de tout voir, de tout savoir, de tout apprendre ! » Marie Bachkirtseff

Il y a quelque temps, j’ai écrit sur Marie Bashkirtseff Le parapluie. Il s’est avéré être l’un de mes messages les plus populaires. Jetons un coup d’œil à certains de ses autres travaux et de sa vie d’artiste.

  • Faits et idées clés

  • Journal d’une fille

  • Le réalisme

  • Rues déprimées et couleurs douces

  • D’autres Peintures

  • Points clés à retenir

  • Merci d’avoir lu!


Marie Bachkirtseff
Marie Bachkirtseff

Faits et idées clés


Marie Bashkirtseff, À un livre, 1882
Marie Bashkirtseff, À un livre, 1882
  • Bashkirtseff a vécu une vie courte mais prolifique, décédant à 25 ans de la tuberculose. Ses réalisations malgré la maladie et la discrimination sexuelle sont inspirantes. Elle a vécu avec un sentiment d’urgence, un peu comme Vincent van Gogh dans ses dernières années. Désireux de créer, de vivre et de découvrir le monde. Imaginez ce qu’elle aurait pu faire avec plus de temps !
  • Elle a été formée académiquement par Tony Robert-Fleury, un artiste remarquable à part entière. Vous pouvez voir des similitudes entre son travail et celui de Bashkirtseff, en particulier dans la qualité du réalisme.

Pointe: De qui vous apprenez aura probablement une influence sur votre façon de peindre. Apprenez de ceux qui vous inspirent.

  • Elle a également étudié à la prestigieuse Académie Julian. C’était l’un des rares établissements d’art à accueillir des femmes artistes. La discrimination était monnaie courante à l’époque. Dans le studio (ci-dessous) dépeint la vie à l’Académie. J’ai aussi trouvé ce vieil article du New York Times sur l’Académie par le critique d’art John Russell (pas l’artiste John Russell – je suis déjà allé dans ce terrier de lapin).

«Être à l’Académie Julian, c’était être exposé à une sorte de magie blanche qui semble avoir fonctionné dans presque tous les cas. Ce qui y a été appris est resté pour toujours avec les anciens et anciennes élèves, et cela concernait autant la conduite de la vie que les usages du pinceau et du ciseau. Une école d’art qui a également enseigné la vie par John Russell


Marie Bashkirtseff, Dans l'atelier, 1881
Marie Bashkirtseff, Dans l’atelier, 1881
  • Elle a exposé au Salon de Paris en 1880, 81, 82 et 84. Lors de sa dernière exposition et l’année de son décès, elle a reçu une mention honorable pour La réunion (montré et discuté plus loin dans ce post).
  • Beaucoup de ses œuvres ont été détruites pendant la Seconde Guerre mondiale. Seuls 60 survivent, et seule une poignée d’entre eux sont documentés publiquement.
  • Elle était également une écrivaine prolifique, tenant un journal depuis l’âge de 13 ans. Plus d’informations à ce sujet ci-dessous.

Journal d’une fille

Le journal de Bashkirtseff est une œuvre d’art à part entière, même si je ne sais pas si c’était voulu. C’est un regard fascinant sur la vie d’une jeune fille et d’une artiste en herbe. Elle a commencé quand elle avait environ 13 ans et n’a pas arrêté, se retrouvant avec des milliers de pages manuscrites.

Il a été édité et publié quelques années après sa mort en 1887. Il a eu un impact immédiat. Rares sont ceux qui ont publié quelque chose comme ça. Voici un excellent essai sur le sujet par Sonia Wilson, « Je suis ma propre héroïne » Comment Marie Bashkirtseff a réécrit la route vers la gloire.

Aujourd’hui, vous pouvez lire gratuitement certaines de ses entrées sur Gutenberg.org, ou obtenir une copie de Je suis le livre le plus intéressant de Tout (n’oubliez pas qu’il y a deux tomes). J’ai sélectionné à la main quelques extraits inspirants de son journal :

« Rien n’est jamais aussi bon ou aussi mauvais dans la réalité que dans l’anticipation. »

« Je suis née pour être une femme remarquable ; peu importe de quelle manière ou comment. … Je serai célèbre ou je mourrai.

« L’art… est autant une source de bonheur pour le débutant que pour le maître. On oublie tout dans son travail.

« Je veux vivre plus vite, plus vite, plus vite ! … Je crains que cette envie de vivre toujours à haute pression ne soit le présage d’une courte existence. Qui sait? »

Le réalisme

Elle a peint avec un réalisme étonnant tout en conservant une sensation picturale. (Je ne sais pas pour vous, mais je préfère les peintures qui voir comme des peintures.) Le parapluie est un excellent exemple.


Marie Bashkirtseff, Le Parapluie, 1883
Marie Bashkirtseff, Le Parapluie, 1883

Ci-dessous, une peinture de son frère, Paul Bashkirtseff. Il a une sensation de Sargent. Des formes épurées, des valeurs simplifiées et des traits sûrs. C’est aussi un exemple de clair-obscur, caractérisé par le fort contraste entre la lumière et l’obscurité.


Marie Bashkirtseff, Paul Bashkirtseff
Marie Bashkirtseff, Paul Bashkirtseff

Le portrait ci-dessous est similaire. Encore une fois, notez les valeurs simplifiées, en particulier autour du visage. Elle n’a pas peint chaque changement subtil de valeur. Elle a simplifié les valeurs pour que chaque plan du visage soit distinct. Steve Huston en parle tout le temps. « Valeur différente = plan différent ». C’est une règle sûre pour s’assurer que votre peinture a un sens de la structure et de la forme. Cela simplifie également le processus de peinture.


Marie Bashkirtseff, Georgette, 1881
Marie Bashkirtseff, Georgette, 1881

La belle-sœur de l’artiste me rappelle le travail d’Anders Zorn. Rouges intenses avec des jaunes et des bleus ternes. Ce n’est pas facile de peindre avec une palette de couleurs aussi terne. Il faut une touche sophistiquée. Rien de moins et vous pourriez vous retrouver avec une peinture terne et maladive.


Marie Bashkirtseff, La belle-sœur de l'artiste, 1881
Marie Bashkirtseff, La belle-sœur de l’artiste, 1881

Sa capacité à capturer les traits du visage et les émotions est impressionnante. Voir la peinture ci-dessous. Notez également à quel point l’arrière-plan est simplifié. Il n’y a aucune confusion quant à l’endroit où Bashkirtseff veut que nous regardions.


Marie Bachkirtseff, Jean et Jacques, 1883
Marie Bachkirtseff, Jean et Jacques, 1883

Rues déprimées et couleurs douces

Bashkirtseff avait un talent particulier pour peindre les rues dures et granuleuses.

Ci-dessous est La réunion. Il y a tellement d’émotion dans ce tableau, ce qui est particulièrement impressionnant étant donné que les garçons sont peints à distance (ce n’est pas un portrait typique où l’on voit toutes les subtilités). Un garçon lève les yeux, suspicieux vers le garçon plus âgé. Un autre regarde avec un sourire narquois. Le garçon à l’arrière écoute avec des yeux soumis. De quoi discutent-ils ? Et remarquez les différentes positions. On a le sentiment que chaque garçon a sa propre vie et sa propre personnalité.

Une autre observation clé est la proximité de la composition. La majeure partie de la peinture est occupée par les poteaux de clôture, le sol rocheux, les bâtiments et les enfants. Il n’y a qu’un bout de ciel. Cela nous donne un sentiment d’implication dans la scène, comme si nous étions là en train de regarder la rencontre se dérouler.


Marie Bashkirtseff, La Rencontre, 1884
Marie Bashkirtseff, La Rencontre, 1884

Dans la brume (ci-dessous) est l’un des rares paysages urbains purs que j’ai pu trouver. C’est atmosphérique et de mauvaise humeur. Il y a un sentiment d’unité dans toute la scène, avec tout baigné dans la même lumière et la même brume. Le feu lointain et les poteaux de rue noirs sont d’excellents exemples d’accents petits mais puissants. Ils attirent l’attention de l’environnement silencieux.


Marie Bashkirtseff, Dans la brume, 1882
Marie Bashkirtseff, Dans la brume, 1882

D’autres Peintures

Voici quelques autres peintures de Bashkirtseff. Malheureusement, il n’y en a pas beaucoup. Sa vie a été courte et nombre de ses peintures ont été détruites.


Marie Bashkirtseff, Autoportrait à la palette, 1880
Marie Bashkirtseff, Autoportrait à la palette, 1880

Le printemps (ci-dessous) a une sensation similaire à celle de Jules Bastien-Lepage Jeanne d’Arcune de ses oeuvres préférées. Voici une critique élogieuse :

« …Jeanne d’Arc… est la perfection. Sa tête tournée de côté, son cou arqué, et ses grands yeux clairs qui ne regardent rien ; la tête crée un effet extraordinaire. Marie Bashkirtseff (via Réflexions sur l’art)


Marie Bashkirtseff, Printemps, vers 1884
Marie Bashkirtseff, Printemps, vers 1884

Marie Bashkirtseff, Jeune fille lisant près d'une cascade, avant 1884
Marie Bashkirtseff, Jeune fille lisant près d’une cascade, avant 1884

Ci-dessous, un portrait de Madame X. Peut-être la même Madame X que John Singer Sargent a peinte en 1884.


Marie Bashkirtseff, Portrait de Mme X
Marie Bashkirtseff, Portrait de Mme X

Garçons dans la cour (ci-dessous) est beaucoup plus pictural que ses autres travaux. Regardez ce pinceau succulent et la belle lumière définissant les poteaux de clôture.


Marie Bashkirtseff, Garçons dans la cour
Marie Bashkirtseff, Garçons dans la cour

Points clés à retenir

  • Ses peintures sont remarquables, mais c’est son énergie et son enthousiasme pour la vie elle-même que je trouve le plus inspirant. Elle avait le goût de vivre, d’apprendre et de découvrir le monde. Le temps était son ennemi.
  • Ne vous limitez pas à la peinture. Vous pourriez trouver de la joie artistique dans d’autres médiums, comme elle l’a fait avec l’écriture.
  • Envisagez de tenir un journal pour explorer et documenter vos pensées. Le journal de Bashkirtseff a fini par être l’une de ses œuvres les plus célèbres, bien que peut-être involontaire.
  • Vos professeurs influenceront probablement votre façon de peindre. Apprenez de ceux qui vous inspirent.
  • Son réalisme époustouflant témoigne d’une éducation et d’une formation de qualité. Quelque chose que peu expérimentent, mais les barrières sont progressivement levées grâce à la technologie.

Merci d’avoir lu!

Merci d’avoir pris le temps de lire cette publication. Je vous en suis reconnaissant! N’hésitez pas à partager avec vos amis. Si vous voulez plus de conseils de peinture, consultez mon cours de l’Académie de peinture.

Bonne peinture !

Dan Scott

Académie de peinture de dessin


Lire aussi  Comment utiliser une taille-haie télescopique Ryobi RPT4545E