English Website

 


Toutes les Analyses


Le Structurellisme.


Stéphane Manse. Nébuleuse. (2012). Structurellisme. 




 






Laisser un commentaire ou un avis.  


Stéphane Manse (mail)   Contact Presse : Marie  Cristal Tel : 06 08 12 43 64

Pour Les artistes désirant adhérer au mouvement Structurelliste
clic ici 

Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
   
 Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.  

Stéphane Manse. Nébuleuse. (2012). Structurellisme. 

Le terme nébuleuse vient du latin nebula ou nuage, longtemps il s’est appliqué à tous les corps célestes d’apparence diffuse, c’est-à-dire à tous les objets étendus sur le plan du ciel, à la différence des étoiles qui paraissent ponctuelles. Ainsi, un grand nombre d’amas d’étoiles ou de galaxies ont été initialement appelés nébuleuses, avant que leur nature ne soit clairement identifiée. En fait se sont des concentrations de gaz et de grains de poussières qui peuvent être observés dans l’espace.
Les nébuleuses sont observées de préférence dans les régions du plan galactique où se forment les étoiles (nuages moléculaires) et autour des étoiles évoluées. Elles peuvent être extrêmement grandes, avec un diamètre atteignant des dizaines d’années-lumière, sans bord défini, d’un aspect ténu et nuageux. Ici nous sommes confrontés à une nébuleuse organisée car voici venu le temps du Structurellisme abstrait et cubique. La nébuleuse possède un centre facilement identifiable. Son organisation est du genre défensif avec sur tous les côtés des formes piquantes. Cet aspect rappelle celui d’un hérisson lorsqu’il se met en boule face à un danger. Cette boule aux couleurs majoritairement chaudes est ambivalente, le cercle et la sphère sont de forts symboles féminins, les bords de forme pointue sont extrêmement masculins… 

Le spectateur se situe de face par rapport au centre. Mais comme il existe un 
éclatement sa vision s'élargie très vite.

Les formes géométriques sont imbriquées d’une manière concentrique et circulaire.

La forme structurée se trouve en avant plan un peu comme dans l’espace. Derrière elle les sphères semblent figurer des planètes. 

Les zones couleur sont parfaitement équilibrées. Les couleurs dominantes sont le bleu, seule couleur froide, symbole de l’esprit et dans cette teinte de la pureté et du divin. Le jaune est symbole de l’intuition et de la douceur. L’orange représente la chaleur de la vie et le rouge son aspect passionné et provocant. 

Détails : 

Voici une partie de la toile très masculine avec des terminaisons pointues et phalliques. 

Ici les formes évoquent des becs d’oiseaux. L’oiseau peut s’envoler et bouger rapidement. La forme n’est pas nécessairement statique.

Voici le centre qui nous amène à déclarer que la toile est un mandala d’individuation. 
On perçoit des formes rondes entourées et protégées par des pics et des prolongements pointus. Ceci correspond aux théories de Carl Gustav Jung sur l’anima et l’animus. L’âme humaine est ambivalente et possède en son sein les 2 
sexes.

La lumière provient surtout du jaune, couleur la plus lumineuse. Elle est projetée dans toutes les directions. 

Couleurs : Harmonie entre couleurs chaudes.
Images Similaires : 

Stéphane Manse. Kaleido. 

La Nébuleuse M1 - 67. (Supernova). 

Située dans la constellation du Sagittaire, à 15 000 années-lumière de la Terre, WR-124 appartient à la catégorie des étoiles Wolf-Rayet. Ce sont des étoiles extrêmement rares, très chaudes et de durée de vie très courte. WR-124 traverse une période mouvementée de son existence, marquée par l'émission brusque et violente de gaz (nébuleuse ci-dessus). Les vents stellaires ainsi générés atteignent des vitesses de l'ordre de 1 000 kilomètres à la seconde. Ces vents pourraient annoncer les derniers soubresauts de la super géante avant son explosion finale en supernova. 

Stéphane Manse. Essai Structurelliste.

NGC 6751.

Le télescope Hubble a découvert une nébuleuse planétaire inhabituelle, NGC 6751. Rougeoyant dans la constellation de l'Aigle comme un œil géant, c'est un nuage de gaz éjecté il y a quelques milliers d'années, par l'étoile très chaude nichée au 
centre. Elle est située à 6500 années lumières de nous. Son diamètre est estimée à 0,8 années lumières soit 600 fois le diamètre du Système solaire. 
Le nord est en bas à droite, l'est en haut.