English Website



Thomas Lawrence (1769-1830).

 

Toutes les Analyses


Thomas Lawrence. Pinkie. (1794).




 





Laisser un commentaire ou un avis.
 


Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
 
Qui sommes nous ?  
 Liens 





Thomas Lawrence. Pinkie. (1794).Huile sur Toile (146 x 100 cm).

Le portrait représente Sarah Barrett Moulton, fille d’un riche propriétaire de plantation 
à la Jamaïque. Le titre « Pinkie » et la couleur des vêtements fait référence au surnom de la famille de Sarah. Celle-ci décède l’année suivante en Angleterre à l’âge de 12 ans de la coqueluche ou de la tuberculose contractée auparavant par un de ses frères. 
La toile est exposée à l’institut des Arts de la Bibliothèque de Huntington à San Marino en Californie à coté du Blue Boy de Thomas Gainsborough (1770). Les deux toiles sont les pièces maîtresses de la collection de l’institut qui se spécialise dans l'art du portrait anglais du 18ème siècle. La posture élégante de Sarah, la fixité de son regard qui contraste avec sa robe et les rubans qui flottent dans le vent, l’immensité du ciel à l’arrière plan, font de ce portrait une œuvre presque animée et très aérienne. Pinkie et Blue Boy sont très souvent associés dans l'esprit du public. Au point que beaucoup de gens sont persuadés qu’ils sont l’œuvre du même artiste. Jonathan Buttall, qui a posé pour le portrait de Gainsborough, porte un costume de l'époque du début du 17ème siècle en hommage au peintre baroque flamand Anthony Van Dyck. Sarah Moulton porte une robe à la mode contemporaine de 1794.
La ligne d’horizon est très basse. Le point de vue du spectateur est bien en dessous du regard du modèle. En conséquence Pinkie semble flotter parmi les nuages et s’élever dans le ciel. 
Le corps de Pinkie est en position centrale par rapports aux 4 lignes de force.
Son visage et son buste occupent la partie supérieure, entre 2 points naturels d’intérêt. 
Le ciel se détache sur les 3 quarts de l’espace pictural.
Le sol et le paysage sont sur le dernier quart.
Les lignes directrices ascendantes de la robe, le mouvement du ruban et des plis du vêtement donnent l’impression que Pinkie flotte dans le vent. 
Le regard de la jeune fille est étonnamment fixe et extrêmement pénétrant. Il semble interroger le spectateur et même le défier. Pinkie est maquillée avec du rouge à lèvre et ses joues sont poudrées. 
La couleur dominante est le rose qui bien sur symbolise les sentiments et la douceur. Mais le rose est aussi du rouge atténué et en ce sens il évoque la sexualité naissante de la jeune fille. 
Le voile de la robe est en mouvement, il suit la direction du vent. Ceci donne une sensation intense de flottement, comme si le modèle tout entier était suspendu dans l’air. De plus le bras gauche de Pinkie est dans son dos mais le bras droit souligne lui aussi la direction du vent.
Lumière : La lumière provient d’en haut et du coté droit. Son intensité maximale se situe vers le centre de la robe. 
Couleur : Harmonie et Contraste.
Opposition entre couleurs chaudes et froides.
Toiles Similaires : 
Elizabeth Farren. Thomas Lawrence. (1790).
Miss Farren est une actrice, elle deviendra Comtesse de Derby. Comme Sarah elle se détache devant un ciel immense dans une robe et une cape blanche. Pourtant la toile est moins aérienne. Il est probable que cette œuvre, peinte 4 années auparavant, a été le modèle pour Pinkie.
Blue Boy. Thomas Gainsborough. (1770). 
Pinkie et Blue Boy sont exposés au même endroit et sont souvent associés. 
Pourtant les deux toiles sont très différentes. Par les couleurs, par la posture et par l’atmosphère qu’elles dégagent. Pinkie est aérienne et semble insouciante, Blue Boy adopte une pose solennelle et ses 2 pieds sont bien sur terre. 
Charles Lambton ou Le Garçon Rouge. Thomas Lawrence. (1820).
Le Garçon rouge ou Red Boy est un peu la réponse de Lawrence au Blue Boy de Gainsborough. Les couleurs sont totalement différentes. Blue Boy pose d’une manière majestueuse et imposante, Thomas Lawrence choisit une pose lascive et le garçon semble plutôt rêver…