English Website



 

Toutes les Analyses



Franz Marc. (1880-1916). Renards. 1913.

 Kunstpalast. Dusseldorf






Le cubisme brise les règles de la perspective et présente le sujet vu sous de multiples plans. Marc se sert de cette disposition pour se libérer totalement. On sait que chez Franz Marc les couleurs ont des valeurs symboliques, le bleu est masculin et spirituel le jaune est féminin doux et joyeux, le rouge exprime la violence. 

Voir Aussi : Franz Marc. Formes Combattantes 1914.




Laisser un commentaire ou un avis.  


Voir Aussi : Franz Marc. Formes Combattantes 1914.


Vidéo : Musée Franz Marc. 



Vidéo : Franz Marc. 


Envoyer cette page à un(e) ami(e) 

 Accueil     Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique  Contactez-nous   Qui sommes nous ?   Liens 




Laisser un commentaire ou un avis.  



Franz Marc. (1880-1916). Renards. 1913, Kunstpalast. Dusseldorf. 

A partir de 1910 Franz Marc commence à sortir d’une période de crise. Sa manière encore trop naturaliste ne correspond pas à ce qu’il cherche à exprimer. Sa rencontre avec Auguste Macke, qui le fait entrer à la Nouvelle Association des Artistes de Munich, et avec Wassily Kandisky, avec qui il fonde le Cavalier bleu, va tout changer. Obsédé par le thème de l’animal, assoiffé d’absolu et cherchant à exprimer l’unité de tout ce qui vit, Franz Marc va utiliser l’art abstrait, ici le cubisme, pour inventer un espace sans profondeur de champ qui relie le sujet au paysage. Le thème central et l’objectif de la peinture de l’artiste est l’union mystique entre l’homme et la nature. Ainsi les formes des animaux épousent les contours des arbres ou des collines et les hommes et les animaux sont égaux. Le sujet est comme absorbé par l’environnement et il apparaît comme un être identifiable mais ses formes se fondent dans le paysage. Chez lui la couleur n’est pas liée directement au sujet mais se met au service de ce qu’il cherche à exprimer. Le cubisme brise les règles de la perspective et présente le sujet vu sous de multiples plans. Marc se sert de cette disposition pour se libérer totalement. On sait que chez Franz Marc les couleurs ont des valeurs symboliques, le bleu est masculin et spirituel le jaune est féminin doux et joyeux, le rouge exprime la violence. Ainsi le cheval bleu du Cavalier bleu n’a jamais été une jument…Ici pour atténuer l’effet d’un orange rouge l’artiste équilibre en utilisant du jaune pour l’adoucir et du vert, couleur de la nature. Ce qui est remarquable dans cette toile c’est que l’association entre les formes géométriques à base du triangle et la tonalité des couleurs utilisées expriment parfaitement l’image de l’animal et l’émotion qu’il fait naître en nous. 
Mais ne vous y fiez pas trop. La vision du peintre est panthéiste et son œuvre est empreinte de mysticisme. Contrairement à cette œuvre ou les choses sont simples, parfois le rapport entre les formes abstraites ou futuristes et la tonalité des couleurs peut devenir délicat à décoder et tout peut se compliquer rapidement. 


Le point de vue du spectateur se situe juste au-dessus du centre géométrique du tableau. Entre les 2 renards. 

Une tête est disposée sur la ligne de force supérieure, entre 2 points naturels d’intérêt. 
La tête du second renard se trouve plus bas et à droite proche du point naturel d’intérêt inférieur droit. 

Les zones sombres et les couleurs froides se situent surtout sur les côtés. 

Les couleurs chaudes sont regroupées surtout au centre et vers le haut. 

La forme de base de cette composition est le triangle. L’artiste utilise les 2 grandes diagonales selon l’orientation des figures géométriques. 

Détails : 

On reconnaît aisément le profil de l’animal. Le reste du corps, les pattes, la queue, sont imbriqués dans un prisme avec les éléments de la nature. 

De 3 quart on reconnaît l’animal encore plus facilement. Cet animal nous est assez familier. 
L’artiste n’a pas oublié les moustaches. 

En haut à droite on devine une partie du soleil. D’autres éléments de la nature sont identifiables. Il faut utiliser un code couleur. Ce qui est vert représente l’herbe, ce qui est marron foncé les arbres, ce qui est orange clair constitue le pelage de l’animal sur certaines parties de son corps. 

Lumière : Les zones les plus claires et les plus chaudes sont au centre. 

Couleurs : Contrastes entre couleurs chaudes et froides.

Toiles similaires : 

Franz Marc.
Le Singe. 1912.

Franz Marc.
Cerfs dans la Forêt. 1913.

Franz Marc.
Oiseaux. 1914.

Franz Marc.
Formes Combattantes. 1914.