English Website



Toutes les Analyses


Jacques Louis David. (1748-1825). L’ Enlèvement des Sabines. (1799). 








Laisser un commentaire ou un avis.  


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
   
 Liens 



Laisser un commentaire ou un avis.  

Jacques Louis David. (1748-1825). L’ Enlèvement des Sabines. (1799). 

Cette scène de l’enlèvement des Sabines a été l’objet de nombreuses représentations artistiques. Les Sabins sont un peuple de l'Italie centrale, ils vivent dans un pays montagneux à l'Est du Tibre. La légende rapporte que Romulus, voulant procurer des femmes à ses compagnons, eut l'idée d'organiser des jeux dans le grand cirque. Au cours du spectacle, les Romains enlevèrent les Sabines... Une armée fut levée en riposte, mais les Sabines s'interposèrent entre les combattants avec leurs nouveau-nés et les deux camps se réconcilièrent. C’est cet angle que David choisit. L’artiste montre au premier plan 2 combattants les armes à la main, prêt à en découdre, et entre eux, pour les séparer, des femmes et de jeunes enfants qui s’interposent. 

Le point de vue se situe au premier plan au niveau des 2 combattants. Devant cette multitude l’œil a du mal à se fixer mais très vite les 2 guerriers et la femme les bras écartés s’imposent. Ensuite le regard descend et le spectateur remarque les enfants. 

Le combattant romain se trouve sur la ligne de force basse et la ligne de force droite, entre 2 points naturels d’intérêt. La Sabine les bras écartés est aussi sur la ligne de force inférieure, près d’un point naturel d’intérêt, comme que le combattant sabin. 

Le tiers de l’espace pictural supérieur est réservé au ciel et à la forteresse. Dessous le Sabin et la Sabine occupent le tiers gauche les guerriers romains le tiers droit. 

La grande diagonale montante passe sur la sabine et sépare le combattant sabin du romain.

Détails : 

Cette mère brandit son enfant devant les piques des Sabins. 

Il y a de très jeunes enfants au sol et même un nourrisson. 

Il s’agit bien d’un bouclier romain. On reconnaît la louve nourrissant Remus et Romulus. 

Lumière : 

La lumière provient de la droite. 

Couleurs : Harmonie entre couleurs chaudes.

Toiles Similaires : 

Jacques Louis David. Le Serment des Horaces. (1784).

Jacques Louis David. Le Serment du Jeu de Paume. (1789).

Jacques Louis David. La Mort de Marat. (1793).