English Website

 


Toutes les Analyses


Vincent Van Gogh.
La Vigne Rouge. Novembre 1888. 









Laisser un commentaire ou un avis.  


Envoyer cette page à un(e) ami(e)
 

 
Accueil
  Analyses  Newsletter   Mouvements  Peintres  Genres  Techniques   Histoire   Musées  Expositions   Galeries   Artistes    Jeux    Annonces    Boutique Contactez-nous    
Qui sommes nous ?
   
 Liens 




Laisser un commentaire ou un avis.  


Vincent Van Gogh.
La Vigne Rouge. Novembre 1888. 

Cette œuvre est intéressante a plus d’un titre : d’abord c'est le seul tableau que Vincent a vendu publiquement de son vivant. 
Il s’agit des vendanges dans la campagne arlésienne, au Trébon, au Nord d’Arles.
La Vigne rouge a été exposée au Salon annuel du groupe des XX en 1890 à Bruxelles. Elle y a été vendue pour la somme de 400 francs à Anna Boch, peintre impressionniste membre des XX. Ensuite, en ce qui concerne les couleurs, à Arles, Vincent cherche les limites. Les tons sont très lumineux, les contrastes sont violents, tellement provocants que l’on s’éloigne de l’impressionnisme et que l’on s’approche du fauvisme où la couleur n’est plus celle de la nature mais une couleur aléatoire, choisie pour son effet esthétique et troublant. Pour les fauves la couleur devient une arme et presque le thème unique de l’œuvre. Les Fauves ont vu cette toile de Van Gogh et 13 ans plus tard ils sont saisis par une sorte de transe, déjà perceptible ici, et ils s’attachent uniquement à l’orchestration des couleurs pures et des surfaces sur la toile. Vincent n,’a pas simplement ouvert la voie aux expressionnistes mais aussi aux fauves, il y a en germe dans cette œuvre de 1888 les toiles de 1905 exposées au salon d’automne de Paris par Matisse, Derain et Vlaminck. Ce train est donc parti d’Arles sous le couteau de Vincent… 

La ligne d'horizon est située sur le tiers supérieur du tableau. Le point de vue du spectateur est plus bas, au niveau des vendangeurs. Dans un premier temps Le regard a tendance à descendre. 

Les personnages sont situés sur les lignes de force à proximité des points naturels d’intérêt. 

La toile est divisée en zone couleur comme plus tard chez Cézanne. En Haut et à droite du jaune, avec une petite zone bleue en haut à gauche. Au centre les couleurs les plus chaudes : rouges, oranges, dorés, roses. En bas du bleu avec une petite zone rouge en bas et à droite comme le bleu du haut. 

La plus part des lignes directrices sont montantes. L’œuvre est construite sur la grande diagonale montante de gauche à droite. 

Se détachant devant un ciel jaune le soleil semble diffuser les rouges et les orangés qui colorent toute la toile. 

Cette rangée d’arbres à l’arrière plan possède des troncs rouges, ce qui est peu vraisemblable mais qui résulte d’un choix délibéré de l’artiste. 

On peut apercevoir les piquets de couleur noire. L’œuvre a été peinte en novembre et souvent les feuilles de vigne se colorent de rouge en cette période mais il reste toujours un peu de jaune et de vert, qui ici, ont été volontairement oubliés. 

Lumière : Le soleil éclaire la scène de haut en bas et la clarté, assez intense, vient de la droite.

Harmonie et contraste : Le report des couleurs utilisées pour élaborer la toile sur le cercle chromatique indique un violent contraste entre couleurs chaudes et froides et entre couleurs complémentaires. 

Toiles Similaires : 

Vincent Van Gogh. Le Café de la Place Lamartine de Nuit. (1888) .

Vincent Van Gogh. Déchargement de Charbon. (1888). 

Vincent Van Gogh. Les Roulottes. (1888).